harry
Article

La cape d’invisibilité

Depuis que je pratique la photo de rue, je rêve d’avoir une cape d’invisibilité, vous savez celle que l’on voit dans les films et qui, une fois revêtue, nous rendrait transparent aux yeux des passants et nous permettrait de les photographier sans être détecté… J’ai trouvé une de ces capes (ou presque) !

 

Si vous êtes adepte de la photo de rue vous savez de quoi je veux parler : s’approcher au maximum du sujet – surtout avec une petite focale comme un 28mm ou 35mm – est un exercice toujours un peu stressant surtout lorsqu’il s’agit de rester discret pour capturer une expression insolite qui serait irrémédiablement perdue dès que le sujet détecte le photographe et son appareil.

En général je n’ai pas de problèmes pour photographier de près les gens dans la rue, l’oeil collé au viseur, mais il y a des situations où je ne le fais pas, parfois parce que le sujet est intimidant, mais surtout pour ne pas me faire détecter et conserver intact le naturel du sujet.

C’est dans ces cas là que j’aimerai être invisible, car un appareil porté à l’oeil à 1m de distance est aussi discret qu’un obturateur de reflex lors d’un concert de musique de chambre…

Certes il existe quelques « ruses » qui fonctionnent avec plus ou moins de réussite :

– s’approcher du sujet en visant au dessus de sa tête comme si vous photographiez un toit, puis retirer l’appareil de l’oeil et simuler un contrôle de l’image prise sur l’écran LCD (mais cette fois en visant le sujet) et déclencher dès qu’il ne s’intéresse plus à vous

– déclencher du pouce et à l’aveugle avec l’appareil qui pend au bout de la courroie de cou, avec des résultats toujours aléatoires

– utiliser l’écran articulé (X-T1, X-T10) pour viser le sujet « par dessus », l’appareil tenu en mains au niveau du torse

J’ai pratiqué toutes ces astuces mais souvent « ça ne prend pas » car avec un doigt sur le déclencheur les gens se méfient et perdent vite leur naturel.

Et puis j’ai testé le X70 dans la rue, et ça a été une expérience incroyable…

Fujifilm X70 – 1/220s à f/8, ISO 200

 

Je prépare un test terrain du X70 que je publierai dans quelques jours, mais dans cet article je souhaite juste décrire en quoi cet appareil est révolutionnaire pour la photo de rue discrète.

Ce qui fait toute la différence tient en trois points magiques : la taille, l’écran articulé et les fonctions tactiles.

Le week-end dernier j’ai pris des dizaines de photos sans que personne – et je dis bien, personne – ne se soit rendu compte que je photographiais. Pour la première fois en photo de rue, j’ai eu la sensation d’être complètement invisible.

Fujifilm X70 – 1/750s à f/5.6, ISO 200

 

Tout d’abord le X70 est très petit, plus petit qu’un X100, et du point de vue d’un passant il apparaît dans les mains du photographe comme un petit compact des années 2000. La plupart des gens que j’ai croisés ont complètement ignoré l’appareil, les rares qui ont jeté on oeil dessus ont détourné le regard dans la même seconde. Tout le monde est maintenant habitué aux légions de smartphones tenus à bout de bras, et le X70, à 1 ou 2m de distance, n’est pas plus intimidant que n’importe quel téléphone mobile utilisé pour photographier.

Ensuite, son écran articulé permet de le manipuler en position basse et en visant par dessus, l’écran LCD déployé vers le haut obligeant le photographe à regarder vers le bas. Ceci permet de s’approcher du sujet tout en regardant vers le sol comme lorsque l’on marche en écrivant un SMS. Cette attitude est devenue tellement anodine qu’elle réduit drastiquement l’attention que portent les passant sur le photographe et son appareil. Je me suis amusé (pour le test) à m’approcher tellement près des gens que je leur marchais presque dessus, puis une fois la photo dans la boite je levais la tête et j’affichais un air surpris et confus… non seulement j’avais la photo, mais en plus les gens me souriaient en me prenant pour un étourdi.

Mais ce qui change tout, ce sont les fonctions tactiles. J’ai réglé le X70 pour déclencher directement en tapotant l’écran LCD : il suffit de toucher l’écran quelque part et automatiquement la mise au point s’effectue sur cette zone et la photo est prise immédiatement. Dès lors, « l’attitude » affichée du photographe devient totalement inoffensive du point de vue du sujet. En effet, comme il n’y a plus besoin d’avoir le doigt sur le déclencheur, le photographe semble simplement occupé à manipuler son appareil pendu au bout de sa courroie, tête baissée, alors qu’en réalité il prend une photo. Et le fonctionnement est d’une simplicité enfantine : il suffit de « tapoter » sur le sujet et en moins d’une seconde la photo est prise avec une parfaite mise au point.

DSCF8488

Fujifilm X70 – 1/1600s à f/4, ISO 200

 

Je me suis risqué à prendre des photos à 50cm de quelques passants qui semblaient amusés de voir un tel « zigoto » tapoter son appareil devant leur nez, à aucun moment l’un d’eux ne s’est rendu compte d’être pris en photo… car j’ai oublié de vous dire l’essentiel : le X70 ne fait aucun bruit, zéro, nada.

Vous l’aurez compris, le X70 est l’appareil ultime pour la photo de rue en toute discrétion. J’ai arpenté les rues avec des reflex, avec le X-Pro1, avec le X100S, avec le X-T1 et depuis peu avec un Leica Q et aucun d’eux ne m’a jamais permis de prendre plus de 200 photos sans être détecté une seule fois. Seul le X70 a rendu cela possible.

Toutefois, aussi ludique que ça puisse paraître, il ne faut pas en abuser car d’une part on peut vite être tenté de ne photographier que comme ça, ce qui pose quelques problèmes de perspective, mais surtout on en perd vite ce qui est l’essence même de la photo de rue : le contact avec les personnes.

Pour moi la photo de rue c’est avant tout des rencontres, des échanges. Je demande très souvent l’autorisation avant de prendre la photo, notamment quand le sujet est original mais n’affiche pas une expression particulièrement interessante. Dans ce cas je le fais poser. Cependant il y a parfois des sujets que je veux absolument photographier sans être vu car ils affichent une attitude ou une expression extraordinaire. Utiliser le X70 comme je l’ai décrit permet de maximiser les chances de ne pas briser le naturel et de réussir des images mémorables. Il est ensuite possible (et même souhaitable) d’engager la conversation avec le sujet, lui montrer la photo et lui demander son avis. C’est toute la magie de la photo de rue, il s’ensuit souvent d’agréables échanges car la plupart des gens sont flattés que l’on s’intéresse à eux.

 

DSCF8491

Fujifilm X70 – 1/1500s à f/4, ISO 200

 

Si vous envisagez de vous lancer dans la photo de rue mais que cet exercice vous intimide, commencer avec un X70 plutôt qu’un X100T (ou tout autre appareil) peut considérablement vous mettre en confiance et vous permettre de démarrer sans stress… en gardant à l’esprit qu’il faudra progressivement devenir plus entreprenant(e) et ne pas vous contenter de déclencher systématiquement l’appareil sur le ventre.

 

 

Facebooktwittergoogle_plusmail
Billet précédent Billet suivant

Ceci peut aussi vous intéresser

9 Commentaires

  • Répondre Jean-Pascal 4 juin 2016 à 16 h 57 min

    Bonjour
    Heureusement, vous concluez par « Il est ensuite possible (et même souhaitable) d’engager la conversation avec le sujet, lui montrer la photo et lui demander son avis. C’est toute la magie de la photo de rue, il s’ensuit souvent d’agréables échanges car la plupart des gens sont flattés que l’on s’intéresse à eux ».
    Je dirai personnellement que c’est une démarche obligatoire car elle nécessite courage et respect. Lorsque l’on shoote l’œil dans le viseur et sans se cacher, il y a un accord tacite qui s’engage puisque le sujet se sait photographié. Par contre shooter sans vouloir être vu et ne pas se déclarer après coup est très différent. C’est considérer ces personnes comme des animaux dans un zoo, c’est rentrer chez eux pendant leur sommeil et « voler »une photo, c’est sans intérêt et sans courage.
    Ces nouveaux outils photographiques procurent certes des avantages techniques pour shooter sans être remarqué. Mais sans le partage avec la personne photographiée ( et son accord ) à quoi bon prendre et conserver des photos qui n’auraient pas la légitimité d’être exposées, montrées, partagées AU GRAND JOUR, et même sans parler de ce terrible et excessif droit à l’image, à quoi bon prendre et conserver des photos qui existeraient sans que le sujet en connaisse lui même l’existence, ne serait ce que pour qu’il puisse voir cette photo et découvrir ainsi la face artistique et humaine de la photographie?
    Cette seconde étape de contact avec la personne photographiée fait partie intrinsèque de la photo de rue, il ne faudrait pas qu’elle soit oubliée du fait de la plus grande facilité de « se cacher » pour « voler » des photos.
    Oui pour prendre des instantanés spontanés, et surtout Oui pour les partager ensuite avec le sujet photographié.
    Cdlt
    jean pascal

    • Répondre Gil 4 juin 2016 à 17 h 12 min

      Bonjour Jean-Pascal,
      Merci pour votre commentaire qui est à la fois intéressant et important.
      Il ne s’agit en effet nullement de vanter les mérites du X70 pour « voler » des photos ou, comme vous le dites, photographier dans un zoo.
      La magie de la combinaison écran orientable + tactile c’est que l’on peut bien plus facilement réussir des images sur le vif et capturer des expressions complètement naturelles, chose très souvent difficile à réaliser lorsque l’on porte l’appareil à l’oeil.
      Combien de photos d’expressions extraordinaires ai-je ratées, impossibles à reproduire après contact avec le sujet !
      En ce sens, un appareil comme le X70 permet de réussir beaucoup plus d’images naturelles, qu’il convient bien évidemment de montrer ensuite à la personne photographiée. Je le fais systématiquement (sauf dans de très rares cas bien précis) et je propose toujours de lui envoyer la photo par email une fois traitée à la maison.
      Vous avez eu raison de poster votre commentaire car c’est effectivement un point d’éthique très important qu’il ne faut pas occulter en photo de rue. Le respect des personnes prime avant tout.

  • Répondre bona 10 mai 2016 à 11 h 35 min

    Il existe également la possibilité (pour un X100T) d’utiliser le wifi et de prendre les photos en regardant son téléphone avec l’appareil photo autour du cou. Je n’ai pas encore le matériel pour tester le côté pratique de la chose. Cette technique est décrite dans cette vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=l1bj-8HkPC8 (à partir de 8 minutes 20 seconde).

  • Répondre Nico 23 avril 2016 à 16 h 01 min

    Salut Gilles !

    Très bon sujet sur cet appareil « ninja » !
    Effectivement pour avoir pratiqué tres longtemps la photo de rue avec un simple ricoh gr je dois dire que cette sensation unique de pouvoir tout saisir est juste fantastique…
    L’expérience aidant on arrive même à cadrer de manière totalement folle et originale !
    Et puis l’envie de recoller l’oeil dans le viseur est revenu.. pour reprendre les bases ! Cadrage .. expo…et surtout saisir des regards ! Ce qui me manquait en photo à la volée , appareil porté du bout des doigts les bras ballants !
    Tout est une histoire d’envie et de plaisir ! Ah mais ce 28mm me manquerait tellement !
    Au plaisir de partager un shooting sur le cours 😉
    A bientot
    Nico

    • Répondre Gil 24 avril 2016 à 9 h 11 min

      Salut Nico !
      Merci pour ton commentaire, l’expérience est similaire à celle du GR mais avec l’écran amovible et tactile c’est encore autre chose niveau discrétion.
      J’ai trouvé l’expérience ludique mais comme toi je préfère pouvoir coller mon oeil au viseur.

  • Répondre Baptiste Sibé 22 avril 2016 à 17 h 05 min

    Un article très intéressant! Je n’aurais pas imaginé que ce petit boitier sans viseur puisse être si pratique pour se faire discret…

    Un de ces jours je tenterai d’utiliser l’obturateur électronique de mon T1. C’est vrai que le son du déclenchement peut me déranger si je cherche à louvoyer en scred’!

    Bonne continuation Gil!

    Amicalement, Baptiste.

    • Répondre Gil 22 avril 2016 à 17 h 10 min

      Merci Baptiste !
      L’obturateur électronique est effectivement très pratique pour déclencher dans le silence total, mais attention à l’effet de « rolling shutter » s’il y a des voitures qui passent dans le cadre.

      • Répondre Baptiste Sibé 22 avril 2016 à 20 h 59 min

        Oui j’ai lu ton article sur le sujet. Je n’imaginais pas que ça puisse être critique à ce point cependant… et puis finalement l’absence de son doit être assez déroutante… faut que j’essaye!

  • Répondre David 19 avril 2016 à 14 h 46 min

    En effet, l’idée est intéressante pour qui veut se tenter à cette discipline où, comme tu le soulignes, il faut de plus en plus savoir ruser et rester discret, les passants étant de plus en plus agacés de se voir voler leur portrait à leur insu. Le X70 est vraiment plus petit que le X100. Je m’étais fais la remarque en prenant un XT10 après avoir eu pendant quelques années le X10 et j’avais peur que le grand frère ne soit très encombrant et finalement, à quelques millimètres près, les 2 boitiers se valaient.

  • Déposer un message