Test terrain du Fujifilm X100F
Article, Test

Fujifilm X100F – Le test terrain

F pour « Fourth », voici qu’arrive sur le marché la quatrième version d’un appareil emblématique de la marque nippone et qui est à l’origine de la gamme X-Premium. Patiemment attendu par les aficionados de la photo de rue et de reportage – mais pas qu’eux – ce Fujifilm X100F s’annonce t-il comme une révolution ou une simple évolution d’un boîtier déjà très convainquant ?

 

Note : Comme lors de mes rapports de tests terrain précédents, cet article n’a pas pour objectif de décrire en détails toutes les caractéristiques de l’appareil mais simplement livrer mon ressenti après quelques jours d’utilisation du boîtier, majoritairement en photo de rue mais aussi en paysage. D’autre part, toutes les photos de l’article sont des JPEG issus de l’appareil puisqu’au moment de la rédaction, Lightroom ne peut pas dématricer les RAW du X100F.

 

Vue de face du Fujifilm X100F Argent

Fujifilm X100F Argent – Vue de face

 

 

Prise en main

Ce qui frappe avant tout sur le X100F c’est sa très grande similitude ergonomique avec le X-Pro2, à l’exception de l’emplacement de la touche Q et l’absence du bouton sélecteur du mode de mesure. Toutes les commandes sont placées au même endroit sur les deux boîtiers afin d’offrir – enfin – une cohérence d’utilisation au photographe possesseurs des deux modèles.

On retrouve sur le X100F l’excellent petit « joystick » de gestion du collimateur AF, apparu sur le X-Pro2 puis repris sur le X-T2, ainsi que la double couronne vitesse/ISO propre au X-Pro2.

Si, une fois de plus, la disposition des boutons et commandes du X100F change quelque peu par rapport aux trois modèles précédents (X100, X100S et X100T), on peut noter que cette fois l’agencement est très bien pensé et cohérent, permettant l’accès à toutes les commandes essentielles sans retirer l’oeil du viseur.

La tenue de l’appareil ne changera pas les habitués de la série et la qualité de fabrication reste de haut niveau : toutefois il me semble que le capot supérieur est de moins bonne facture que sur les modèles précédents, avec un toucher et une apparence « plastique » dont j’ignore la résistance aux coups et rayures sur la durée.

En revanche, le boîtier n’est toujours pas protégé contre les liquides et la poussière et c’est assez regrettable pour un outil conçu pour être emporté avec soi partout, photographier la rue, les manifestations ou paysages. Pour un appareil positionné dans la tranche haut de gamme, la protection tous temps devrait être de rigueur et j’ai du mal à m’expliquer pourquoi Fujifilm persiste à ne pas la proposer sur cette 4ème itération du X100.

Le « grip » est plutôt bon et l’appareil ne glisse pas, la poignée aurait sans doute méritée d’être un peu plus proéminente pour une excellente tenue, surtout lorsque l’on a de grandes mains, mais cela reste tout à fait correct même après plusieurs heures : j’ai effectué mes tests des après-midi entières sans courroie de cou, juste en tenant l’appareil d’une main, et je n’ai éprouvé aucune fatigue ni crampe.

A noter que l’appareil est légèrement plus épais que les modèles précédents, ceci afin d’accueillir la nouvelle batterie NP-W126S qui équipe également le X-T2. Ce regain d’épaisseur (presque imperceptible toutefois) n’est pas du tout problématique et facilite même la préhension.

Si le positionnement des commandes est excellent, il est regrettable de constater une fois de plus que Fujifilm n’arrive pas à trouver la bonne formule pour ses couronnes. Alors que le X-T2 affiche quasiment un sans faute avec son système de verrous à double position, le X100F reprend la logique du X-Pro2 sans l’améliorer.

Tout d’abord la double couronne vitesse/ISO. Ce système n’est vraiment, vraiment pas pratique et je ne comprend pas pourquoi Fujifilm l’a repris sur le X100F, si ce n’est pour coller à l’ergonomie du X-Pro2. D’une part les inscriptions des valeurs ISO dans la mini-fenêtre sont très peu lisibles à cause des reflets sur la vitre mais c’est surtout dans la pénombre qu’il est presque impossible de les lire. D’autre part, si la vitesse est réglée manuellement sur 1/125s, la fenêtre des ISO se déplace à droite provoquant un affichage à l’envers des inscriptions, ce qui complique encore plus le réglage. Enfin, l’ajustement des ISO nécessite d’employer deux doigts puisqu’il faut soulever la bague extérieure, rendant l’opération très peu aisée l’oeil au viseur. Régler les ISO dans cette fenêtre relève un peu du calvaire et j’ai abandonné toute envie de les ajuster, me contentant de travailler en auto-ISO.

Vue de haut du Fujifilm X100F Noir

Fujifilm X100F Noir – Vue de haut

 

Comme si ce n’était pas assez, la couronne des vitesses est bien trop dure et quasiment impossible à ajuster finement du pouce durant la composition. Cette dureté excessive est également à noter du coté de la couronne de correction d’exposition. Si elle tourne plus volontiers que celle des vitesses, elle reste rigide à manoeuvrer l’oeil au viseur, ce qui est assez pénalisant pour les photos de rue où la rapidité d’action est primordiale.

Il est ennuyeux que les ingénieurs de Fujifilm ne parviennent pas à trouver un dosage parfait de ces couronnes. Certes quelques utilisateurs se plaignent de parfois trouver leur appareil déréglé en le sortant du sac, mais contrer ce problème (réel il est vrai) par une dureté excessive des commandes est une très mauvaise idée car elle pénalise le photographe dans le confort d’utilisation. Mais le pire, c’est que j’ai retrouvé deux fois la couronne de correction d’exposition déréglée à la sortie du sac : cette dureté excessive n’a servi à rien !

Espérons qu’au fil des jours ces couronnes s’assoupliront petit à petit.

Au niveau des commandes, on notera avec plaisir l’arrivée du petit « joystick » de sélection du collimateur actif, appendice hérité des X-Pro2 / X-T2 et dont il serait désormais bien difficile de se passer tellement c’est pratique. L’agencement sur la face arrière est parfait, avec une colonne de quatre commandes à droite de l’écran LCD : le joystick, la touche de visualisation, la touche de suppression et la touche de changement d’affichage. La touche Q, moins souvent sollicitée, est placée au dessus du classique trèfle des flèches directionnelles. Enfin les touches VIEW MODE et AE-L/AF-L sont positionnées en haut, à gauche de la roue codeuse, elle-même très bien ajustée et de bonne qualité.

Vue de dos du Fujifilm X100F Argent

Fujifilm X100F Argent – Vue de dos

 

Il est toutefois dommage que le X100F n’ait pas repris la touche AF-L indépendante de AE-L, comme sur le X-Pro2, ce qui d’une part évite des contorsions de paramétrage, d’autre part aurait assuré une cohérence parfaite entre les deux appareils. Séparer ces deux commandes hautement utiles tout en conservant une ergonomie identique me semble tellement logique, pourquoi ne pas l’avoir fait ?

L’écran LCD de 3 pouces est d’excellente qualité et affiche photos et textes de manière très fine. Il n’est toujours pas articulé mais cela me semble moins nécessaire que sur d’autres boîtiers de la gamme à vocation plus polyvalente, même si j’imagine que beaucoup regretterons de ne pas l’avoir.

Face avant nous retrouvons le classique levier qui permet de basculer entre le viseur optique (OVF) et électronique (EVF). Ce levier s’actionne dans deux directions : d’un coté il bascule le type de viseur (OVF/EVF), de l’autre coté il bascule l’affichage du mini-viseur électronique dans le viseur optique, héritage du X100T. Enfin le bouton poussoir sur le levier permet de choisir le mode opératoire de la bague de mise au point lorsque l’appareil est en AF : en tournant cette bague on peut sélectionner un profil de simulation de film, régler la balance des blancs, ou activer le convertisseur digital.

Roue codeuse et sélecteur de viseur du Fujifilm X100F

Fujifilm X100F Argent – Roue codeuse et sélecteur de viseur

 

Enfin, sur les cotés se trouvent le classique sélecteur de mise au point (M, AF-C, AF-S) ainsi que la trappe de connectique, alors que la semelle de l’appareil dispose de la trappe pour loger la batterie et une seule carte SD (compatible UHS-I uniquement). J’aurai bien aimé que la carte SD se loge désormais sur le coté de l’appareil mais malheureusement il n’y a pas d’évolution en ce sens.

 

 

Autonomie et performances

A l’instar du X-Pro2 et du X-T2, le X100F dispose d’un nouveau capteur et d’un nouveau processeur plus performant. A l’utilisation, cette puissance accrue se ressent immédiatement, que ce soit au niveau de la réactivité de l’appareil ou en parcourant les menus.

J’ai toujours pesté contre la lenteur abominable de la navigation dans les menus du X100s et la mollesse générale de l’appareil, mais force est de constater que le X100F donne un bon coup de « boost » à la série. L’appareil est véloce, réagit rapidement et est globalement agréable à utiliser.

L’autre grande nouveauté très appréciable, c’est le capteur de 24 mégapixels à matrice X-Trans III, qui équipe également le X-Pro2 et le X-T2. L’appareil se veut comme une mise à niveau de ses grands frères et il est logique que l’on y retrouve toutes les améliorations qui ont été apportées récemment aux modèles experts de la gamme.

Concernant la batterie, le X100F utilise désormais la même batterie que le X-T2, soit le modèle NP-W126S. Cette nouvelle batterie s’impose certainement pour fournir en énergie le nouveau processeur, plus puissant, mais j’ai eu la sensation que l’autonomie est également en hausse. En mode « hautes performances » et en utilisation normale de l’appareil, c’est à dire essentiellement EVF, sans sollicitation excessive de l’écran LCD, mode AF-S, j’ai pu prendre une centaine de photos (RAW+JPEG) lors de deux sessions de deux heures sans que l’icône de charge n’ait perdu le moindre cran.

L’appareil dispose de 3 modes de performances : haute, standard et économique. Si le mode standard est envisageable, je n’activerai jamais le mode économique qui réduit drastiquement la réactivité de l’appareil. Je préfère emporter une batterie additionnelle et laisser mon appareil sur hautes performances afin de bénéficier de tout son potentiel.

Le délai au démarrage est sensiblement amélioré : en mode hautes performances, l’appareil est prêt à photographier en 1/2 seconde (approximativement, je n’ai pas mesuré avec précision) dès qu’on le met sous tension. C’est plus ou moins le même délai en sortie de veille, veille qui d’ailleurs peut maintenant s’activer au bout de 15 secondes.

Comme la sortie de veille n’est pas significativement plus rapide que l’allumage, je pense qu’éteindre systématiquement l’appareil plutôt que le laisser se mettre en veille est préférable, sur une journée ça représente pas mal d’énergie économisée.

Au niveau de la latence au déclenchement elle est quasi nulle, surtout en mise au point manuelle et EVF. Avec l’OVF il y a parfois un petit délai de latence (aléatoire) que je ne m’explique pas : sur 10 déclenchements successifs et identiques, une ou deux fois il y a une petite latence qui est inexistante les autres fois… bizarre.

Globalement cet appareil est très réactif et n’affiche plus cette sensation de mollesse générale dont je souffrais un peu avec le X100S. Le « boost » apporté par le nouveau processeur est ici indéniable et bienvenu.

 

Fujifilm X100F – 1/240s à f/5.6, ISO 200 – Acros+R

 

 

Autofocus

Avec ce X100F et son nouveau processeur identique au X-Pro2 et X-T2, j’espérais une grande amélioration des performances AF et je dois avouer que je reste un petit peu sur ma faim.

Si l’AF est sensiblement plus véloce que celui du X100S (je n’ai pas pu comparer avec le X100T), c’est surtout grâce au regain de puissance qu’offre le nouveau processeur. Il est correct mais reste en deçà de ce que l’on obtient avec un X-Pro2 ou X-T2 et une optique récente telle que le XF 23 f/2 WR, le 35 f/2 WR ou même le XF 16-55 f/2.8 WR.

Cela s’explique sans aucun doute par les limites de ce bloc optique qui n’a malheureusement pas évolué d’un iota depuis son apparition sur le X100 original il a 7 ans de cela. Il me donne la même impression qu’en montant un XF 35 f/1.4 ou un XF 60 f/2.4 sur un X-T2 : l’autofocus reste perfectible du seul fait de l’objectif et non de l’appareil.

En intérieur j’ai eu quelques patinages, lenteurs inexplicable et ratés de mise au point (collimateur rouge). Mais ce comportement est assez aléatoire : le plus souvent l’AF accroche le point assez rapidement, et puis d’un coup il y a une recherche du point qui s’éternise et qui parfois échoue.

En extérieur c’est franchement mieux, fort heureusement. Mais même en extérieur j’ai retrouvé quelquefois la même inconstance de l’AF, avec cependant quasiment aucun raté de mise au point.

Je précise que j’ai constaté ces difficultés ponctuelles de l’AF en mode collimateur unique, notamment avec les plus petites tailles de collimateur (y compris sur le central). Si l’on augmente la taille du collimateur unique, le point accroche plus vite.

En revanche, dès que l’on bascule en mode « zone » (collimateurs multiples) l’AF est plus performant, et cela même en intérieur. J’ignore pour quelle raison le mode zone est meilleur mais j’ai fini par l’adopter, y compris pour les sujets statiques.

Voici quatre vidéos qui montrent les performances de l’AF :

Intérieur – Collimateur unique

Intérieur – Collimateurs multiples

Extérieur – Collimateur unique

Extérieur – Collimateurs multiples

Note : je suis désolé pour la médiocre qualité des vidéos en extérieur mais j’ai eu très peu de temps pour les réaliser.

Je trouve dommage que Fujifilm n’ait pas travaillé sur une refonte de son bloc optique, à minima sur la motorisation, pour égaler le très bon AF accessible avec les toutes dernières optiques de la gamme. Le X100F est par définition l’appareil idéal pour la photo de rue ou de reportage et, à moins de travailler en hyperfocale (voir cet article) ou en mise au point manuelle, les performances autofocus sont critiques pour ces usages.

Il aurait été plus que bienvenu de pouvoir tirer toute la quintessence du nouveau processeur en dotant l’appareil d’un nouveau moteur AF rapide et véloce, mais la marque en a décidé autrement et c’est pour moi un point de déception. Peut-être en attendais-je trop, peut-être que d’autres utilisateurs le trouveront satisfaisant – car en vérité cet AF n’est « pas si mal » – cependant je ne peux m’empêcher d’être assez mitigé sur cet élément qui a toujours été la grande faiblesse de cette ligne d’appareils. Un X100F avec un AF de course, ça aurait de la gueule !

 

 

Viseur

L’EVF est formidable, au niveau du X-Pro2. Le X100S m’a toujours posé un dilemme entre l’utilisation d’un EVF à forte latence et trop contrasté – mais tellement pratique pour la composition – et le viseur optique (OVF) avec ses qualités et ses défauts. J’ai souvent basculé d’un mode à l’autre et je pense avoir utilisé les deux sans qu’un prenne le dessus sur l’autre.

Avec le X100F j’ai fait 99% des photos en EVF et je n’ai activé l’OVF qu’à quelques reprises, histoire de dire que je l’ai utilisé.

Cet EVF est sans latence ni saccades, clair, bien défini, avec une plus grande dynamique et ne montre que peu de bruit en faible lumière. Je le trouve tellement efficace que je me pose de plus en plus la question de l’intérêt de l’OVF de nos jours.

Doit-on continuer à composer avec la parallaxe, l’AF approximatif (combien de fois ai-je fait la mise au point sur l’arrière plan alors que mon collimateur était pile poil sur le sujet), l’impossibilité de visualiser la profondeur de champ et l’exposition… lorsque un EVF aussi bon que celui-ci permet tout ça et bien d’autres choses encore ?

Je sais que les avis sont partagés sur ce sujet et que pour certains un viseur « clair » reste incontournable, et je me garderai bien d’en juger tellement ceci tient des habitudes et du ressenti, mais pour moi (qui ait pourtant utilisé des viseurs optiques toute ma vie) je ne vois plus beaucoup d’intérêt à s’imposer des contraintes et des approximations quand la technologie est devenue suffisamment mature pour être une alternative crédible.

En revanche, ce que je trouve totalement gadget c’est cette mini fenêtre EVF dans l’OVF. C’est ceinture et bretelles. Franchement quel peut bien être l’intérêt d’afficher un timbre poste dans un coin de l’OVF pour faire la mise au point ou composer (car oui, on peut maintenant afficher l’image entière dans le mini-EVF) ? Autant je peux comprendre que l’on préfère utiliser l’OVF, autant j’ai du mal à admettre qu’on se complique la vie dans ce mode de visée archaïque en allant coller son oeil dans un coin pour y faire des ajustements… autant basculer directement en EVF !

La photographie doit être simple et instinctive, elle ne devrait pas dépendre d’usines à gaz technologiques qui ne font que détourner l’attention et compliquer les choses. Fort heureusement utiliser ce mode hybride reste optionnel et nul n’est obligé de l’activer, mais quelque part toute cette technologie se retrouve sur l’addition.

 

 

Qualité d’image

J’ai été agréablement surpris de constater que le nouveau capteur X-Trans III de 24 mégapixels se marie bien avec l’optique historique du X100. Pour peu que l’on ferme d’un ou deux crans, l’image présente un excellent piqué et un très bon niveau de contraste. A f/2 cela reste toujours un peu trop doux, notamment à courte distance.

Fujifilm X100F – 1/320s à f/8, ISO 200 – Velvia

 

Fujifilm X100F – 1/280s à f/8, ISO 200 – Velvia

 

A capteur et processeur identique, je n’ai pas grand chose de neuf à ajouter à mes impressions sur la qualité d’image issue du X-Trans III que vous pourrez lire sur le test du X-Pro2 et du X-T2. Les images délivrées par le X100F sont tout bonnement excellentes pour un capteur APS-C et sur ce point il n’y aura pas de mauvaise surprise.

En nouveauté, le X100F s’accompagne d’une fonction « convertisseur digital » qui permet de simuler une focale 50mm ou 70mm, simplement en tournant la bague de mise au point. Il s’agit d’un « crop » dans l’image qui est ensuite ré-échantilloné à 24 mégapixels et dont le résultat est plutôt convainquant :

Convertisseur digital sur Fujifilm X100F

Fujifilm X100F – Convertisseur digital

 

Ce mode fonctionne différemment suivant le mode de visée :

  • avec l’EVF, l’image est zoomée et remplit pleinement le cadre du viseur, comme si l’on avait réellement monté un 50mm ou un 70mm sur l’appareil
  • avec l’OVF, c’est le cadre de visée qui est ajusté à la focale choisie

A noter toutefois que cette fonction n’est accessible qu’en mode JPEG uniquement.

 

Si j’évoque souvent la photo de rue dans cet article, il ne faut pas oublier que le X100F est un appareil qui s’accommode très bien d’autres situations. Que ce soit en paysage, en portrait (pas trop serré toutefois), en architecture ou tout simplement pour capturer vos soirées et vacances, ce petit boîtier sait tout faire et offre des résultats de très haut vol.

Fujifilm X100F – 1/500s à f/5.6, ISO 200 – Velvia

 

Les JPEG couleurs délivrés par le boîtier sont superbes et ont largement contribué à la réputation de la gamme X-Premium alors que le nouveau profil Acros garantit des noirs et blancs de très grande classe… que demander de plus ?

DSCF0079

Fujifilm X100F – 1/320s à f/11, ISO 200 – Velvia

 

Fujifilm X100F – 1/320s à f/11, ISO 200 – Velvia

Crop 100%

 

 

Concernant les hautes sensibilités, à l’instar du X-Pro2 et du X-T2 la montée en ISO est très bonne malgré la densité de pixels augmentée :

DSCF0036

Fujifilm X100F – 1/500s à f/10, ISO 4000 – Acros+R

 

Fujifilm X100F – 1/500s à f/8, ISO 6400 – Acros+R

 

DSCF0011

Fujifilm X100F – 1/500s à f/8, ISO 6400 – Acros+R

 

Fujifilm X100F – 1/500s à f/10, ISO 3200 – Acros+R

 

3200 ISO – Crop 100%

 

 

Le X100F dans la rue

Si ce n’est pas son usage exclusif, une grande majorité de photographes a fait l’acquisition d’un X100 pour la photo de rue et de reportage, il m’importe donc d’en parler tout particulièrement.

Plus que jamais ce petit appareil s’impose dans cet exercice : doté d’un capteur vitaminé, d’un processeur plus musclé, d’un autofocus plus rapide et du profil Acros pour le noir et blanc, le photographe de rue dispose de l’outil quasi idéal pour arpenter les villes et traquer l’instant décisif.

Ces nouveautés s’additionnent aux avantages qu’offre déjà cette série d’appareils :

  • le viseur hybride EVF/OVF
  • l’obturateur totalement silencieux
  • l’optique d’excellente qualité
  • le faible encombrement qui permet de l’emporter partout avec soi
  • l’aspect « vintage » qui n’agresse pas

Fujifilm X100F – 1/60s à f/11, ISO 320 – Acros+R

 

DSCF0045

Fujifilm X100F – 1/500s à f/10, ISO 500 – Acros+R

 

DSCF0116

Fujifilm X100F – 1/600s à f/5.6, ISO 200 – Acros+R

 

Certains points qui me gênaient sur X100S sont maintenant corrigés, je pense à la réactivité générale de l’appareil – un peu molle – et la lenteur de l’autofocus qui m’obligeait le plus souvent à travailler en hyperfocale. Le X100F est complètement apte à la photo sur le vif, et pour peu qu’on ait pris le temps de bien le paramétrer et de le connaître dans ses moindres détails, il devient franchement difficile de rater un cliché.

L’AF plus performant permet de s’amuser à déclencher autrement : mode AF-C, collimateurs multiples 9×9 et détection des visages. C’est redoutable (quand ça marche) et je suis parvenu plusieurs fois à prendre un cliché à courte distance – parfaitement net – d’un passant qui me croisait, une des situations les plus compliquées en photo de rue, comme ici avec ce cycliste :

DSCF0020

 

Malheureusement ce n’est pas fiable à 100%. Si l’AF est plus rapide, à mon sens il ne l’est pas encore assez pour avoir une totale confiance en cette technique pourtant idéale sur le papier.

Quoi qu’il en soit, ce qu’il y a de bien avec cette nouvelle génération c’est qu’il est maintenant possible de travailler de plusieurs manières :

  • à l’ancienne, en hyperfocale et OVF
  • en mise au point manuelle avec l’EVF et le « focus peaking »
  • en semi-automatique, mode AF-S, collimateur unique ou multiples avec sélection rapide grâce au petit « joystick »
  • en automatique, mode AF-C et détection des visages
  • ou avec d’autres combinaisons d’un peu tout ça

Avec l’amélioration du viseur numérique qui est maintenant très convainquant sur X100F, la photo sur le vif sans latence est une réalité. Il est aussi très pratique, pour un photographe de rue qui travaille en noir et blanc, d’activer le profil Acros et de composer en pouvant juger immédiatement de la lumière, des contrastes, des formes, etc.

 

DSCF0016

Fujifilm X100F – 1/500s à f/8, ISO 200 – Acros+R

 

DSCF0083

Fujifilm X100F – 1/160 à f/11, ISO 6400 – Acros+R

 

 

Conclusion

Ceux qui, comme moi, attendaient ce X100F comme une révolution dans la lignée X100 risquent d’être quelque peu déçus. Si l’appareil est globalement réussi et satisfaisant, j’aurai bien aimé que Fujifilm montre un peu plus d’audace avec cette quatrième mouture, notamment en le dotant d’un nouveau bloc optique remis au goût du jour, une nouvelle motorisation AF ultra rapide et une protection tous temps, bref ne pas se contenter de le mettre au niveau des X-Pro2 et X-T2 mais propulser ce boîtier au rang d’instrument incontournable que tout photographe de rue ou de reportage voudrait posséder coûte que coûte.

Certes le capteur de 24 mégapixels et ce nouveau processeur sont bienvenus. Certes c’est un appareil très complet que chacun pourra adapter à son goût tellement il regorge d’options. Certes sa plus grande réactivité offre un confort d’utilisation supérieur. Certes il y a quelques petites nouveautés sympathiques. Mais il reste trop proche des modèles précédents pour véritablement s’extasier de sa mise sur le marché.

Comprenez-moi bien, le X100F est un excellent appareil qui ravira de nombreux photographes, il se trouve jusque que durant ce test terrain il m’a manqué ce petit quelque chose qui m’aurait fait lâcher un « wow » enthousiaste. Il n’y a rien eu de tout ça et l’impression globale qu’il m’a laissé se résume ainsi : c’est mon X100S, mais en mieux.

Faut-il l’acheter ou s’abstenir ?

J’ai beaucoup, beaucoup de mal à prodiguer des conseils d’achat tellement mon sentiment est mitigé. Au lieu de vous conseiller quoi que ce soit, je vais plutôt dire ce que je ferai si j’envisageais son achat suivant trois cas de figure :

  • Si je n’avais jamais possédé de X100 auparavant, j’irai l’acheter tout de suite, sans même me poser de questions !
  • Si j’avais encore mon X100S, je pense que je l’achèterai pour utiliser l’AF plus souvent et profiter de la bien meilleure réactivité de l’appareil
  • Si j’avais un X100T, je ne pense pas que je l’achèterai car je travaille en RAW (Acros ne me servirait pas), les 24 mégapixels ne me sont pas vraiment nécessaires et l’AF du X100T ne doit pas être très en deçà de celui du F (à vérifier tout de même)

Vous pouvez aussi orienter votre décision d’après vos habitudes et critères principaux :

  • Si l’on re-cadre souvent dans l’image, et/ou que l’on expose des tirages grand format, les 24 mégapixels sont un plus indéniable
  • … mais si l’on re-cadre peu et que l’on diffuse les photos sur le web, les 16 mégapixels des modèles précédents suffisent largement
  • Si l’on travaille essentiellement à l’ancienne (en hyperfocale et mise au point manuelle), le dernier modèle ne s’impose pas
  • … mais si l’on dépend des performances AF, le X100F représente une avancée, même s’il n’est pas encore au top dans ce domaine
  • Si l’on est adepte du viseur numérique (EVF), celui du X100F est fantastique et vaut à lui seul de migrer
  • … mais si l’on utilise essentiellement l’OVF, il n’y a pas d’amélioration dans ce domaine avec le dernier né
  • Si l’on travaille uniquement en JPEG, le profil Acros est un « must-have » qui ne sera jamais présent sur les anciens modèles
  • … mais si l’on ne fait que de la couleur ou que l’on travaille en RAW, rien de nouveau avec le X100F
  • Si l’on aime pouvoir configurer son appareil aux petits oignons et jouer avec tout un tas d’options, le X100F en regorge
  • … mais si l’on recherche la simplicité et un détachement maximum avec la technologie, toute cette richesse de fonctions peut donner la migraine

Bien entendu, si votre budget vous le permet largement, n’hésitez pas et courrez chez votre revendeur pour l’obtenir : tout est amélioré avec le X100F et l’expérience d’utilisation sur le terrain est plus que satisfaisante. S’il n’est pas arrivé au niveau de maturité que j’espérais, il reste un très bel outil photographique.

 

 

J’ai aimé

  • la réactivité générale accrue
  • le nouveau capteur 24 mégapixels
  • l’amélioration de l’AF
  • l’EVF, fantastique
  • la nouvelle batterie (qui semble augmenter l’autonomie)
  • le profil Acros
  • le convertisseur digital (bien qu’un peu gadget)
  • sa formidable capacité à photographier la rue

J’ai moins aimé

  • le non renouvellement d’un bloc optique vieillissant
  • … et par conséquent les limites de l’AF
  • l’utilisation très peu pratique des ISO
  • la dureté des couronnes vitesse et correction d’exposition
  • le trop grand nombre d’options et de fonctions, on s’y perd
  • … d’autant plus qu’il n’est toujours pas possible de créer des profils utilisateurs multi-critères
  • le manque d’audace à véritablement révolutionner le X100

 

Pour votre confort de lecture, ce site n’affiche pas de publicité. Si vous appréciez le contenu proposé sur LeFujiste.com et que vous souhaitez le soutenir pour qu’il continue d’exister, vous pouvez le faire en effectuant vos achats sur Amazon à l’aide des liens ci-dessous :
Voir le Fujifilm X100F sur Amazon
En savoir plus
Facebooktwittergoogle_plusmail
Billet précédent Billet suivant

Ceci peut aussi vous intéresser

21 Commentaires

  • Répondre Thierry 21 juin 2017 à 6 h 01 min

    Bonjour,
    Concernant le réglage des ISO, il est tout à fait possible de dédier cette fonction à la molette avant de l’appareil et cela s’avére très souple et pratique, bien plus rapide et agréable qu’en passant par le mode Quick des versions précédentes.

  • Répondre Benjamin Crozat 7 mars 2017 à 14 h 18 min

    Bonjour Gil,

    Je viens de tomber sur ton site par hasard en cherchant du contenu français de qualité sur Fujifilm, et je dois avouer être agréablement surpris. Chose plus surprenante encore, tu sembles être niçois. Je le suis également et si jamais ça t’intéresse autant que moi de rencontrer des passionnés Fujifilm (oui, je suis récemment complètement tombé sous le charme), ce sera avec plaisir !

    Bravo à toi et ne t’arrêtes surtout pas avec ce site. 🙂

    PS : tu peux cliquer sur mon pseudo pour voir mon portfolio.

    • Répondre Gil 7 mars 2017 à 14 h 34 min

      Bonjour Benjamin,
      Merci pour les encouragements, effectivement je suis Niçois.
      Au plaisir de se croiser un de ces jours.

  • Répondre SARRAMIAC Patrick 4 mars 2017 à 5 h 18 min

    Bonjour Gil,
    Avez vous une idée d’une date pour la mise à jour de Lightroom pour la prise en charge des raw du X 100 f ?
    Merci
    Patrick

    • Répondre Gil 4 mars 2017 à 8 h 14 min

      Bonjour,
      Non hélas, mais en général c’est assez rapide.

      • Répondre SARRAMIAC Patrick 4 mars 2017 à 10 h 13 min

        Merci Gil,
        Il ne reste plus qu’à attendre.
        Bonnes photos
        Patrick

  • Répondre Pallas 4 mars 2017 à 0 h 40 min

    Bonsoir,
    J’ai lu attentivement l’article et je me retrouve plainement car mon XPro2 a presque les mêmes défauts vis-à-vis du Xpro1. Le xpro2 est une continuité du Xpro1 pas une révolution. L’AF du Xpro2 est encore un AF de deuxième zone. Le Xpro2 reste un appareil conçu par et pour des ingénieurs . Avec des options inutiles à ne pas finir. Copier la simplicité Leica pas uniquement son design serait le meilleur choix pour Fuji.

  • Répondre umberto fusco 2 mars 2017 à 9 h 28 min

    bonjour
    je suis un fujiste acharne mais depuis quelques temps avant de me ruee sur les derniers nouveaute je prends le temps de bien analiser mes besoins d’amateur evolue mais amateur comme meme et donc je deviens tres critique. j’ai un XT1 un XT2 et aussi le x100T et differnets objectifs.
    un peu trop mais quand on aimee on compte pas 😉
    dans mon esprit critique je constate que le XT2 avec ses 24 mpx dans certains situation critique de lumiere la montee en pixel dans les photos me derange un peu (peut etre a cause du fait que zoome a 100% dans la photo n’est pas de tout un exercise a faire) et aussi parfois je constate que avec l’ecran allume il y a des saccades de l’image ?? je ne pas encore trouve des explications a cà.
    bref j’attend les photo days a bruxelles le 10 mars pour teste le X100F en effet j’envisage de tout revendre pour passe uniquement au x100F avec ses convertisseurs suffisant pour mes besoins
    ma demande et par rapport au zoom digitale au crop : si on fait une photo avec la simulation du 75mm pour un tirage A3 la qualite de la photo et equivalent oui au non a une photo faite avec un XT2 avec un objectif correspondante a un 75 mm??
    merci
    umberto fusco

    • Répondre Gil 2 mars 2017 à 10 h 03 min

      Bonjour,
      Le convertisseur digital effectue un « crop » dans l’image (correspondant à la focale choisie) et ce crop est ré-échantillonné à 24 mégapixels par logiciel (dans l’appareil). Ce ré-échantillonnage induit obligatoirement une perte de netteté et le résultat est très inférieur à l’utilisation d’une optique de focale équivalente sur X-T2.
      Sur des images au format web la différence peut être négligeable, mais sur un A3 ça sera beaucoup plus significatif.
      Il n’y a pas de miracles, hélas 😉

  • Répondre Andy Costanza 24 février 2017 à 13 h 42 min

    Bonjour,
    Merci pour cet excellent article. je verrais bien ce X100F accompagné mon X-T1 lors de mes reportages.
    J’ai une petite faveur à te demander. Est ce que tu pourrais partager l’un de tes RAW issu du X100F pour que la communauté dartkate (logiciel libre de développement d’image) commence à implémenter les spécificités de ce fichier.
    Voici l’adresse : https://raw.pixls.us/
    Pour le moment, voici ce que darktable supporte comme boitier : http://www.darktable.org/resources/camera-support/
    Nous te remercions d’avance pour l’aide que tu pourras nous apporter dans le support de ce boitier
    Bonne continuation

    • Répondre Gil 24 février 2017 à 14 h 11 min

      Bonjour Andy,
      Pas de problème (DSCF0018.RAF en cours d’upload).

  • Répondre Jean-Pierre D. 24 février 2017 à 2 h 37 min

    Bonjour,

    Je vous félicite pour un super site doté d’excellents articles. Je suis tombé dessus par hasard puisque j’habite en Amérique du Sud mais ça fait vraiment plaisir de lire des articles intéressants, bien rédigés et surtout très bien expliqués.

    Bon courage pour la suite et j’ai ajouté lefujiste.com à mes favoris.

    Cordialement,

  • Répondre Patrick ROCCHIA 23 février 2017 à 16 h 20 min

    Bonjour,

    Ce premier test est fort intéressant, à plus d’un titre. Je me pose vraiment la question de l’acquisition de ce boîtier, venant du reflex canon 600D+15-85, que je trouve désormais trop lourd et trop encombrant. Je vieillis…
    Evidemment, ça n’a rien à voir, c’est une autre façon d’aborder la photographie, ne serait-ce que pour la focale fixe. Cette focale fixe qui me séduit, je n’aurai plus la tentation de faire la course à l’armement. Seulement voilà, j’en parle autour de moi, et le moins que l’on puisse dire, c’est que les avis ne sont pas franchement encourageants, on m’explique que ça sera très compliqué pour moi de me passer d’un zoom « transtandard »
    Sur ces réflexions, je suis allé voir un autre nouveau venu chez Fuji, le XT20, accompagné d’un XF 18-55 : encore une fois, ça n’a rien à voir, mais finalement, l’encombrement, le poids, la qualité de l’optique et les caractéristiques du boîtier me font réfléchir (ainsi que le prix, en passant, le « kit » est moins cher que le X100F) : et si c’était ça, ma solution ?
    Alors voila, besoin d’un conseil d’un bon connaisseur de la marque, avant de me décider…
    Merci de m’avoir lu jusqu’au bout !!!
    Bien cordialement,
    Patrick (miatafan sur le forum)

    • Répondre Gil 23 février 2017 à 17 h 25 min

      Bonjour Patrick,
      Concernant le X100F, je ne peux pas décider pour vous, d’autant plus que vous n’avez pas précisé quel type de photographie vous pratiquez.
      Votre entourage ne peut pas vous aider non plus, car c’est un ressenti qui est propre à chacun et nul ne peut savoir s’il vous conviendra ou pas.
      Peut-être que mon article Retour à la simplicité vous aidera dans votre réflexion.
      Si vous craignez ne pas vous satisfaire de la focale fixe du X100F, faites l’essai suivant : avec une large bande de gaffer, bloquez la bague de votre zoom sur 35mm et faites plusieurs sessions de photographie comme ça, sans pouvoir changer la focale (il ne faut pas tricher).
      Il n’y a pas de meilleur moyen de savoir si vous pourrez vous habituer au X100F (qui en plus sera bien plus petit et léger) ou pas !
      Sinon, effectivement XT-20 et 18-55 c’est un excellent rapport qualité/prix, mais ça n’a rien à voir avec l’expérience d’un X100F 😉

      • Répondre Patrick ROCCHIA 24 février 2017 à 0 h 30 min

        Bonsoir,
        Tout d’abord, merci pour votre réponse à laquelle je vais tenter de donner quelques explications : je suis un amateur éclectique, je n’ai pas de domaine de prédilection, je fais des photos de rue, du paysage, très peu de portraits et encore moins de l’animalier. Accessoirement, je fais des photos de sport auto (circuit, rallye) mais ce programme ne rentre pas en ligne de compte dans ma réflexion, je garde mon réflex et un télézoom pour ça.
        Bien entendu, j’avais déjà lu « retour à la simplicité » avant de vous envoyer mon premier message, et évidemment, je me suis reconnu dans les divers témoignages qui l’accompagnaient.
        J’ai étudié sur mon catalogue LR (15-85 canon) sur les 18 derniers mois, j’ai utilisé la focale 35 mm environ à 50%, 30% avec une focale plus petite, 20% avec une focale plus grande, mais très rarement jusqu’à 85 mm… Voilà où sont mes craintes concernant la focale fixe, même si effectivement, je conçois très bien que le X100F m’apprendrait de toute façon une nouvelle manière d’appréhender la photographie. Et si mon choix était de m’orienter vers le XT20 + le 18-55, je me jure de ne jamais me laisser tenter par l’achat d’un autre objectif (je le souderai !)
        Merci encore…
        Patrick

  • Répondre Christophe 23 février 2017 à 8 h 12 min

    Bonjour Gil,
    Merci pour cet article qui pour le coup me conforte dans l’idée de partir sur un x100t d’occasion en excellent état pour compléter mon armada de reflex et parc optiques dont je ne me sert quasiment plus que pour des commandes ou travaux qualitatifs.
    Ma recherche va dans le sens d’un boîtier très compact, qualitatif, sans concession et si possible sexy pour m’accompagner au quotidien.
    C’est tout naturellement que j’ai lorgné vers la série x100…
    J’avoue que la compacité, la qualité des clichés, et même des jpg, l’oVF et l’esthétique m’ont fait basculer…
    J’ai un temps envisager un xT-1 mais comme je suis deja très bien équipé en reflex nikon je ne suis pas intéressé par le changement d’objectifs…
    J’ai trouvé un x100T en magasin, en excellent état, garantie 1an et à la cote de CI, du coup je fonce 😉

    Ps: c’est probablement toi que j’ai croisé avec un x100F autour du coup à Cagnes sur mer ce samedi ?
    J’ai interpellé cette personne qui m’a dit qu’elle effecuez un test pour Fuji du x100F pas encore commercialisé…

    • Répondre Gil 23 février 2017 à 8 h 52 min

      Bonjour Christophe,
      Effectivement c’est moi, désolé de ne pas avoir pris le temps de discuter mais comme tu l’as constaté j’avais quelques contraintes.
      Le X100T d’occasion est certainement un bon choix pour débuter dans la gamme sans trop dépenser, si tu ne t’y fais pas tu pourras le revendre sans grande perte.
      Au plaisir de se croiser dans le coin 😉

  • Répondre giavelli 23 février 2017 à 0 h 49 min

    Bonsoir,
    merci pour cet article ! Dommage que le X100 F fasse l’impasse sur une amélioration de l’optique. Dans ces conditions le nouveau XF23 semble être une alternative de choix.
    Et pour ma part le choix est fait : le XF23 f2 monté sur le X-Pro2 forment un couple vraiment exceptionnel notamment en contexte de prise de vue dans la rue. Si l’on est pas un adapte de l’OVF cette optique s’associe aussi avantageusement au X-T2 pour un meilleur usage de la visé et en fonction du contexte de prise de vue. Depuis que j’utilise cette optique elle ne quitte pas l’un ou l’autre de mes boitiers…

    • Répondre Gil 23 février 2017 à 8 h 50 min

      Bonjour,
      Oui le X-Pro2 et 23 f/2 est un excellent couple, cependant un peu plus lourd et encombrant que le X100F (et aussi plus cher).

  • Répondre gil / Tigris 22 février 2017 à 15 h 44 min

    Bonjour Gil,,
    J’attendais ton article avec impatience et j’avoue que, comme d’habitude, il apporte une analyse personnalisée complète et fort intéressante.
    Ton avis éclairé est fort précieux pour un futur acheteur potentiel de ce matériel.
    L’analyse est complète : ressenti, comparaison avec les appareils similaires de la marque, tests, jugement personnel sans concession et photos à l’appui.
    Il y a là une vraie mine à explorer.
    Beaucoup de journalistes spécialisés, notamment sur le net, se contentent dun copier coller de tout ou partie du dossier presse envoyé par le fabricant : cest donc un reel plaisir de découvrir ton travail, bravo.
    Je suis élogieux parce j’attends ce genre d’informations précieuses : elles sont un point d’appui pour celui qui doit prendre une décision d’achat.

    Je percois dans ton dossier sur ce X100F une déception non dissimulée et tes arguments montrent bien que Fujifilm a raté la sortie d’un appareil ultime malgré toutes les qualités de l’appareil.

    Ton analyse sur l’opportunité de se passer dun OVF est intéressante car c’est une des caractéristiques principales de cet appareil et de la série.

    Je comptais faire de cet appareil photo mon compagnon de tous les jours au fond de ma poche.
    Je réfléchis maintenant à une autre approche mais toujours avec ce capteur exceptionnel.
    X100F vs Xpro2 + XF 2/23mm R WR
    Cet objectif en plus de ses qualités démontrées (cf JM Sépulchre) propose une mise au point mini à 26cm.
    Reste a étudier l’encombrement de ce couple en comparaison avec le X100F.

    Un grand merci à toi !
    Gilles / Tigris

    • Répondre Gil 22 février 2017 à 16 h 14 min

      Bonjour Gilles,
      A choisir j’irai aussi vers un X-Pro2 + XF 23 f/2 pour bénéficier de la protection tous temps et l’AF plus rapide.
      Cela dit mon article est simplement l’expression de mon ressenti, sans compromis.
      Je t’invite (ainsi que tous les lecteurs) à le prendre en mains en boutique pour te forger ta propre opinion, qui sera peut-être très différente de la mienne.

    Déposer un message