Accentuer le X-Trans avec Lightroom
Guide, Tutoriel

X-Trans : comment bien accentuer avec Lightroom

Bon nombre de photographes Fujistes rapportent des résultats décevants lorsqu’ils tentent d’accentuer leurs photos issues du capteur X-Trans avec Lightroom : artéfacts désastreux et effet « aquarelle » sont souvent très visibles après l’accentuation. Nous allons voir quelle méthode utiliser pour obtenir de bons résultats.

 

Accentuer, pourquoi ?

En premier lieu il faut savoir que les images issues des appareils Fujifilm au capteur X-Trans ont rarement besoin d’être accentuées, c’est même souvent contre-productif !

En effet la matrice bien particulière de ce capteur a été conçue spécifiquement pour ne pas employer de filtre passe-bas. Les appareils dotés d’un capteur à matrice de Bayer disposent la plupart du temps d’un filtre passe-bas nécessaire à la réduction du moiré inhérent à sa structure très régulière. Ce filtre passe-bas atténue ainsi le moiré mais réduit en même temps la netteté de l’image (son « piqué »). La raison d’être de l’accentuation par logiciel, c’est d’abord de restaurer cette perte de netteté.

Or, comme nous l’avons vu, le capteur X-Trans est dénué de filtre passe-bas. La netteté de l’image capturée n’étant pas dégradée, l’usage de l’accentuation est bien moins nécessaire. D’autant plus lorsque la photo a été prise avec un objectif Fujinon de haut vol, tels que les fixes 14, 16, 23, 35, 56, 60 ou 90, tous délivrant un piqué superlatif !

 

L’accentuation ne rattrape pas une image floue

Un flou de bouger ou de mise au point ne peut pas être corrigé en jouant avec les curseurs d’accentuation : ça ne sert à rien et cela ne rendra l’image qu’encore plus mauvaise.

C’est pourquoi, avant même de penser accentuation, il est nécessaire d’obtenir le maximum de netteté au moment de la prise de vue. Ceci implique :

  • d’utiliser une vitesse d’obturation suffisante pour les sujets fixes (au minimum 1/1.5x la focale utilisée, par exemple 1/125s avec un XF 56 f/1.2)
  • d’utiliser une vitesse d’obturation suffisante pour les sujets en mouvement (au minimum 1/500s)
  • d’effectuer une mise au point parfaite sur le sujet : pour cela il est recommandé d’utiliser un des collimateurs centraux et d’en réduire la taille pour plus de précision
  • d’utiliser un trépied lorsque c’est possible
  • de déclencher à main levée calmement et sans mouvement brusque du doigt sur le déclencheur
  • de travailler de préférence avec une optique très piquée

Une photo parfaitement nette issue d’un capteur X-Trans et d’une optique de haut niveau n’aura jamais besoin d’être accentuée (ou très peu).

Personnellement je n’accentue mes RAW X-Trans que dans certaines conditions :

  • lorsque j’ai utilisé un objectif un peu moins « piqué » (tout restant relatif) tel que le XF 18-55 f/2.8-4
  • lorsque la photo est destinée à être imprimée en grand format (A3+)
  • lorsque l’image comporte des fins détails que je veux faire ressortir

En dehors de ces cas précis, je ne touche pas à l’accentuation pour ne pas dégrader inutilement une image déjà très nette.

 

Le X-Trans ne s’accentue pas comme le Bayer

Sous Lightroom les échecs d’accentuation sont dus aux habitudes acquises avec le traitement d’images provenant d’appareils à matrice de Bayer.

Avec le X-Trans l’approche est complètement différente car Lightroom utilise des algorithmes alternatifs pour « dé-matricer » le X-Trans et sa structure si particulière. Les actions sur les curseurs n’ont pas les mêmes effets entre un classique Bayer et un X-Trans.

Lorsque je traitais mes RAW provenant du Nikon D700, mes valeurs de base pour l’accentuation étaient :

  • Curseur « Gain » : 70
  • Curseur « Rayon » : 0.9
  • Curseur « Détail » : 25

C’était donc principalement le curseur « Gain » qui était poussé pour améliorer la netteté de l’image, le « Rayon » légèrement baissé et les « Détails » conservés à la valeur par défaut.

Ces réglages avec un fichier RAW issu d’un appareil à capteur X-Trans donnent de très mauvais résultats : artéfacts à foison et effet « aquarelle » garantis.

Pour bien accentuer une photo X-Trans, le curseur « Détail » est le plus important.
Le curseur « Gain » ne doit quasiment jamais être poussé !

 

Exemple de traitement

Voici comment procéder pour bien accentuer les photos X-Trans. Prenons pour l’exemple cette photo RAW brute de capteur :

X-Trans : accentuer avec Lightroom

Fuji X-T1 + 18-55 f/2.8-4 – 1/500s à f/10 – ISO 200

 

Dans le module « Développement » de Lightroom, commençons par afficher l’image au ratio 1:1 dans le panneau « Navigation ». Il est important de travailler avec ce ratio 1:1 pour accentuer, afin d’avoir une visualisation réaliste des modifications effectuées. Un autre ratio donnerait un aperçu approximatif des résultats de l’accentuation à cause de l’anti-crénelage appliqué aux pixels de l’image.

X-Trans : Ratio d'affichage dans Lightroom

 

Dans le panneau des réglages d’accentuation (panneau Détail) on positionne tous les curseurs du bloc « Netteté » complètement à gauche pour retirer l’accentuation par défaut :

X-Trans : Curseurs netteté dans Lightroom

 

L’image non accentuée apparaît comme ceci :

Gain 0 - Rayon 0.5 - Détail 0 - Masquage 0

Lightroom 6 – Gain 0 – Rayon 0.5 – Détail 0 – Masquage 0

 

La remise à zéro des curseurs n’est pas obligatoire, vous pouvez travailler à partir des valeurs par défaut qui proposent une accentuation de base correcte :

Gain 25 - Rayon 1.0 - Détail 25 - Masquage 0

Lightroom 6 – Gain 25 – Rayon 1.0 – Détail 25 – Masquage 0

 

La partie intéressante c’est maintenant ! Si l’on pousse le curseur « Gain » à 100 comme on le fait parfois avec les images issues d’un Bayer pour « voir ce que ça donne », voici le résultat :

Gain 100 - Rayon 1.0 - Détail 25 - Masquage 0

Lightroom 6 – Gain 100 – Rayon 1.0 – Détail 25 – Masquage 0

 

Et voilà la catastrophe annoncée : l’image comporte plein d’artefacts et l’effet « aquarelle » est très prononcé notamment sur le plumage. C’est le grief qui ressort le plus souvent sur les forums lorsque l’on évoque la mauvaise qualité des fins détails d’une photo issue d’un capteur X-Trans. La plupart du temps c’est tout simplement dû à une mauvaise méthode d’accentuation !

Il convient d’oublier les vielles habitudes et d’en prendre de nouvelles : le curseur « Gain » doit être utilisé avec extrême modération !

Remettons donc le curseur « Gain » à 25 (sa valeur par défaut, relativement basse pour ne pas dégrader l’image) et commençons à jouer avec le curseur « Rayon » pour régler la force du contraste sur les contours. Ici c’est au cas par cas, les valeurs oscillent généralement entre 0.8 et 1.2, suivant les images. Pour avoir une bonne représentation visuelle de l’action du curseur « Rayon », l’idéal est de le faire glisser tout en pressant la touche ALT du clavier : l’image est alors affichée dans un mode monochrome faisant apparaître les zones de contraste ainsi que l’étendue du « halo » généré par l’accentuation. Il s’agit de trouver le bon compromis entre augmentation du contraste sur les contours et taille des halos : trop faible et l’accentuation sera peu perceptible, trop prononcé et les contours se verront dotés d’un halo blanc très visible et disgracieux, ce que l’on appelle « sur-accentuation ».

Réglage du rayon avec pression sur la touche ALT

Lightroom 6 – Réglage du rayon avec pression sur la touche ALT

 

Après avoir relâché la touche ALT, le rayon est réglé sur 1.1 et l’image présente un contraste légèrement plus prononcé sur les contours :

Gain 25 - Rayon 1.1 - Détail 25 - Masquage 0

Lightroom 6 – Gain 25 – Rayon 1.1 – Détail 25 – Masquage 0

 

On rentre maintenant dans le vif du sujet avec le curseur « Détail ». C’est en effet ce curseur que nous allons pousser sensiblement pour augmenter le micro contraste sur les fins détails sans (trop) provoquer d’artéfacts ni générer d’effet « aquarelle ». Encore une fois on travaillera sur ce curseur avec la touche ALT pressée pour avoir un aperçu précis de l’action du curseur sur l’image :

Réglage des détails avec pression sur la touche ALT

Lightroom 6 – Réglage des détails avec pression sur la touche ALT

 

L’objectif est de pousser le curseur « Détail » jusqu’à obtenir un maximum de micro contrastes dans les fins détails mais sans trop générer de bruit ni d’artéfacts. Pour cette photo le bon compromis se situe à la valeur 90, mais sur certaines images on peut pousser carrément le curseur à 100 sans scrupules.

Après avoir relâché la touche ALT, le rayon est réglé sur 1.1, les détails sur 90 et l’image est maintenant plus nette :

Gain 25 - Rayon 1.1 - Détail 90 - Masquage 0

Lightroom 6 – Gain 25 – Rayon 1.1 – Détail 90 – Masquage 0

 

Toutefois ces modifications ont généré un peu de « bruit » visible notamment dans le ciel. C’est ici que nous faisons appel au curseur « Masquage » pour réduire légèrement ce bruit.

Toujours en utilisant la touche ALT, on fait glisser le curseur « Masquage » jusqu’à obtenir un ciel noir, car le masque fonctionne comme ceci : l’accentuation finale n’est appliquée que sur les parties blanches du masque et n’est pas du tout appliquée sur ses parties noires. On ne souhaite pas accentuer le ciel (ça n’aurait aucun intérêt) et donc on joue avec le curseur pour que celui-ci devienne le plus noir possible mais sans trop exagérer pour ne pas masquer en même temps d’autres parties de l’image qui ne doivent pas l’être. Ici encore c’est une affaire de compromis. Voici ce que ça donne :

Masquage avec utilisation de la touche ALT

Lightroom 6 – Masquage avec utilisation de la touche ALT

 

Après avoir relâché la touche ALT, le rayon est réglé sur 1.1, les détails sur 90, le masquage sur 13 et l’image est maintenant plus nette et sans bruit excessif dans le ciel :

Gain 25 - Rayon 1.1 - Détail 90 - Masquage 13

Lightroom 6 – Gain 25 – Rayon 1.1 – Détail 90 – Masquage 13

Accentuer le X-Trans avec Lightroom

 

Et voilà c’est terminé. On notera que l’accentuation est vraiment très subtile (sans doutes ne la percevez-vous même pas sur ces captures d’exemples) et elle ne présente pas l’effet de « sur-accentuation » et ses halos blancs disgracieux. Comme expliqué au début de cet article, le capteur X-Trans ne demande que peu ou pas d’accentuation, il est donc inutile de pousser à fond les curseurs car ceci n’aurait pour effet que dégrader sensiblement une photo déjà nette, brute de capteur.

Pensez donc à toujours procéder par petites touches subtiles et vous tirerez toute la quintessence du capteur X-Trans et des formidables objectifs Fujinon.

Si vous connaissez une autre méthode d’accentuation donnant de bons résultats, n’hésitez-pas à l’indiquer en commentaire ci-dessous !

 

Facebooktwittergoogle_plusmail
Billet précédent Billet suivant

Ceci peut aussi vous intéresser

29 Commentaires

  • Répondre jean Moderne 9 juillet 2017 à 14 h 28 min

    Merci pour ces conseils, récemment passé à Fuji je commençais à désespérer dans LR.

  • Répondre Angeli Christian 25 mars 2017 à 18 h 03 min

    Bonjour et merci beaucoup pour ce tuto, j’ai reçu hier mon FUJI XT2.
    Je me suis fait peur hier soir en post traitement avec Photoshop pour mes premiers clichés en RAF, j’avais moi aussi les mêmes réglages en post traitement avec mon D4 et mon D700, je regrettai mon achat à la vue des résultats.
    Merci et encore merci, je vais apprécier plus en avant le FUJI XT2 et son poids réduit, plus de tendinites.
    Merci beaucoup pour vos articles et astuces, bonne continuation, amitiés de Corse. 🙂

  • Répondre Nicolas T 27 août 2016 à 19 h 06 min

    ..Ah et j’oubliais …bravo pour ce site qui figure désormais dans mes favoris …!!

    • Répondre Gil 28 août 2016 à 18 h 35 min

      Merci Nicolas !

  • Répondre Nicolas T 27 août 2016 à 19 h 01 min

    Salut à tous

    Je suis sur du X-Trans depuis 2 ans. X100s X100T et Fuji Xt1 et bientôt le T2
    Sur mon MAC j’ai tout !!et tout essayé …Alors je commence
    Photo Ninja, Iridient, Raw File Converter (Fuji), Capture One, Lightroom (par défaut), camera Raw (= LR), et RawTherapee…et même DarkTable
    Depuis 1 an essais après essai, c’est photoNinja qui se détache. L’outil détail est exceptionnel.
    Le Pb c’est que photoNinja n’est pas cool pour le reste (couleur, déformation, etc…)
    Pour un workflow le plus efficace possible, Lightroom est le mieux.
    Je me suis donc penché sur l’accentuation dans LR. J’utilise la méthode de Pete Bridgwood…ici: http://petebridgwood.com/wp/2014/10/x-trans-sharpening/
    Sur mes shoots que j’envoie sur un site de vente Pixopolitan, j’utilise cette méthode avec Détail toujours à 100, un rayon par contre max de 0,7 et un gain de 50 voire 60. Le masque est fait ensuite en fonction de ce que l’on veut cacher. Franchement je suis très satisfait du résultat. J’ai un écran Rétina certes mais en pleine définition, j’ai des photos très nettes et sans artefact. Sauf sur les feuillages ou SEUL PhotoNinja fait la différence. De toute façon en impression mini 40*60 on voit pas de différence entre les différents dérawtiseurs…et surtout aucune différence entre un FF et APS-C X-TRANS !
    Attention, pour ma part même si le X-trans, produit de super JPEGS, je shoote toujours en RAW. Et un RAW X-Trans bien traité et avec douceur, mettra TOUJOURS une claque à sont petit frère JPEG !! Soyons très clair la dessus !

    Voilà mon expérience…

    C’est marrant avec mon 5D MARK III j’avis les mêmes réglages que toi avec ton D700 dans Lightroom

    A très bientôt…Nicolas

  • Répondre Moxa 12 août 2016 à 13 h 48 min

    Hello les Fujistes, bonjour Gil —————Toujours pas d’astuces donc pour faire un traitement par lot de ce réglage de détail ? ——— Merci 😉

  • Répondre JP 27 juillet 2016 à 11 h 59 min

    ayant un x-t10, je constate vraiment que la gestion de la netteté doit se faire avec finesse! dès qu’on pousse les curseurs gain au dela de 30 l’effet aquarelle/bruit est VIOLENT sur des zones d’applat, et horrible sur des feuillages. Apres je suis sur une version 6.1 de lightroom donc peut etre que c’est corrigé depuis. D’ailleurs, depuis la version 6.1 est ce que il y a des presets de type « fujifilm » intégré ou pas? pour savoir si je passe a la version suivante.

    • Répondre Gil 27 juillet 2016 à 12 h 03 min

      Si vous pensez à des preset d’accentuation, non il n’y en a pas encore. Mais c’est assez facile à faire soi-même.

      • Répondre JP 27 juillet 2016 à 17 h 09 min

        je pensais a des presets qui reprennent les modes du boitier « acros », « provia », etc…
        votre site est superbe!!!!!

        • Répondre Gil 27 juillet 2016 à 17 h 12 min

          Merci ! Oui ces preset existent dans le module « Développement », section « Etalonnage de l’appareil photo / Profil ».
          De mémoire, ils devraient exister dans LR 6.1…

          • jp 27 juillet 2016 à 21 h 09 min

            ah oui, super. merci beaucoup.

          • jp 27 juillet 2016 à 21 h 11 min

            je viens de tester le masquage avec ALT. formidable astuce! merci.

  • Répondre Tilman Jacques 19 avril 2016 à 15 h 42 min

    Je viens de découvrir ce site très interessant.
    Je viens de faire l’acquisition de XPRO 2, avec une 23mm.
    C’est prodigieux !!
    Je regrettais mon vieux leicaflex.
    Je redécouvre la photo.
    Gil, très bien continue et merci

    • Répondre Gil 19 avril 2016 à 20 h 22 min

      Merci Jacques !

  • Répondre Jean-Luc.M 17 avril 2016 à 14 h 34 min

    Merci pour ce tuto très utile.
    Je passe d’un bon vieux (et fidèle) X100 (Bayer) à un XPro2 (X-Trans III) et mes premiers tests avec mes réglages habituels étaient très décevants. 🙁
    Avec votre méthode cela va beaucoup mieux !
    Je découvre votre site, j’y reviendrai surement tant il est une mine d’informations.

    • Répondre Gil 17 avril 2016 à 17 h 50 min

      Merci Jean-Luc !

  • Répondre Christophe PERRET 14 février 2016 à 12 h 57 min

    Bonjour,
    Bravo et merci pour ce beau site naissant. Je suis un « vieux » photographe de 50 années de pratique à travers différentes marques comme Foca, Olympus (OM2SP et 40), Nikon (D70 et 7000). Et Fuji : le S5 (sans successeur hélas) et plus récemment le X10 (un petit bijou) puis le XM1 et le XT10.
    L’acquisition du X10 m’a fait ajouter la pratique de Lightroom à celle de DXO. Je me suis beaucoup échiné avec LR6 sur les RAF des XM1 et XT10, trouvant très souvent leurs jpeg supérieurs : plus naturels, plus modelés.
    La méthode d’accentuation que vous présentez est très intéressante mais ne me comble pas quand même. J’ai l’impression que le JPEG d’une photo d’un Fuji X est plus facile à accentuer et à améliorer que son RAF. Autrement dit, qu’aucun dématriceur (pas Lightroom en tout cas) ne réussit à produire des JPEG de la qualité de ce que les programmes de conversion de ces boitiers permettent eux-mêmes de réaliser.
    Je ne suis pas technicien et ne peux donc en rester qu’au stade de l’interrogation à partir de mes impressions personnelles, qui sont qu’aucun dématriceur du marché ne me semble vraiment prendre en compte les spécificités des capteurs X-Trans, et qu’il est donc plus facile d’exploiter (et accentuer) leurs JPEG sous réserve qu’ils soient correctement exposés.
    Je précise que je n’ai pas votre pratique de Lightroom et, encore une fois, que j’en suis plus au stade de l’interrogation que de l’affirmation.

    • Répondre Gil 14 février 2016 à 17 h 01 min

      Bonjour Christophe,

      Les JPEG sont traités par le boîtier, ce qui veut dire que Fujifilm est le mieux placé pour savoir comment bien dématricer le capteur X-Trans. Il n’est donc pas étonnant que l’accentuation des JPEG natifs soit de très bonne qualité. Espérons que la collaboration entre le constructeur et les éditeurs de logiciels permette prochainement de pouvoir tirer toute la quintessence des RAW, ce qui permettra d’obtenir d’aussi bons résultats.

    • Répondre G Aubert 14 février 2016 à 20 h 21 min

      Sauf que pour l’accentuation c’est faux. D’autant plus faux depuis les versions 6.

      Remplacer le gain par le detail ne fait que contourner une partie du probleme.

      Mieux vait rester sur un rayon entre 0,8 et 1,2 voir plus, laisser le detail à 25, 10 de masquage et jouer du gain en essayant de ne pas depasser 50 voir 60.

      On evitera les fonctions d’accentutation à l’export.

      Pour ceux qui reduisent le bruit, on poussera le curseur detail de la rzduc bruit et on equilibrera les microcontrastes avec le curseur contraste de la reduc bruit.

      Pour aller plus loin, on accentuera avec un autre outil jusqu’à meilleur algoritme.

      Cette astuce du « detail » à 90-100 tenait la route sur les anciennes moutures à lansortie du xtrans II. Elles sont devenues une legende qui depuis la v6 peut etre franchement zapée.

      • Répondre Gil 14 février 2016 à 20 h 53 min

        J’utilisais cette méthode avec Lightroom 5 et, malgré tout ce qui a été écrit au sujet des améliorations de Lightroom 6 concernant le traitement du X-Trans, elle reste la seule valable pour moi. Pousser le gain à 50 ou 60 donne des résultats toujours aussi mauvais d’après mes tests (l’effet aquarelle, mais aussi l’apparition d’aspérités sur les lignes contrastées est très sensible). L’utilisation du curseur détails est encore la seule manière qui reste valable pour éviter de dégrader l’image, même si elle est vraiment très subtile. De toutes façons, comme je l’écrivais dans l’article, l’accentuation du X-Trans est loin d’être nécessaire, d’autant plus si l’on utilise des optiques très piquées.

        • Répondre Non 14 février 2016 à 22 h 03 min

          Avec Lr 6.3 « Netteté panoramique » ne pousse pas le gain à 50 ni à 60.
          Faites l’essai.

          • Gil 15 février 2016 à 8 h 55 min

            Bonjour,
            Je ferai l’essai dès ce soir !

          • Gil 15 février 2016 à 22 h 13 min

            Je viens de faire l’essai et je suis mitigé sur les résultats : sur quelques photos ça marche plutôt bien, sur d’autres le curseur gain à 45 (du profil) fait tout de suite ressortir des artefacts. C’est à mon avis un profil qui n’est pas optimisé pour le X-Trans mais qui peut donner des bons résultats au cas par cas. Je reste sur mon idée que l’accentuation du X-Trans doit être la plus subtile possible, et pour le moment j’ai toujours le sentiment que le curseur détails reste le meilleur compromis pour une très légère accentuation sans altérer l’image. Mais nous avons tous des goûts et des attendes différentes et bien entendu vous pouvez préférer une autre méthode qui vous convient mieux !

    • Répondre Yvan 20 juillet 2017 à 11 h 25 min

      Chaleureusement merci pour ces conseils de développements d’images, et merci aussi pour votre travail sur ce site en francais.

  • Répondre Non 14 février 2016 à 11 h 42 min

    Souvent, il suffit de ne pas rechigner à utiliser certains automatismes tel que la « netteté panoramique », un paramètre prédéfini très bien pensé qui la plupart du temps donne des résultats plus que satisfaisants.

  • Répondre Maryse Chapron 12 février 2016 à 23 h 17 min

    super intéressant ! merci

    • Répondre Gil 13 février 2016 à 9 h 36 min

      Merci Maryse !

  • Répondre VIGNOT 12 février 2016 à 23 h 06 min

    Cette méthode est pour ainsi dire parfaite. Je procède de cette façon. En effet, il convient de rester très prudent avec ce type de capteur.
    Votre blog est intéressant. J’y reviendrai fréquemment.
    Cordialement.

    • Répondre Gil 13 février 2016 à 9 h 35 min

      Merci VIGNOT !

    Déposer un message