Développement RAW X-Trans
Guide, Test

RAW X-Trans : Quel dématriceur ?

Sur les forums on peut lire beaucoup d’avis contradictoires lorsqu’il s’agit de déterminer quel est le meilleur dématriceur pour les RAW X-Trans. Cela m’a donné envie d’effectuer quelques tests comparatifs pour voir quelles sont les différences entre les produits lorsqu’il s’agit de tirer tout le potentiel d’un fichier RAW. Comme je m’y attendais, il n’existe pas de meilleur dématriceur, et, comme souvent, c’est une histoire de compromis.

 

Mise à jour du 13/04 : j’avais effectué mes tests avec SilkyPix 3.2.23 (installé avec le CD d’origine) mais un lecteur a signalé qu’une version 4.1.3.0 plus performante est disponible. J’ai téléchargé cette version et refait les tests de SilkyPix, avec cette fois de meilleurs résultats. Les captures et les conclusions ont été revues en conséquence.

Il existe une pléthore de logiciels de dématriçage, des gratuits aux payants (par licence ou par abonnement), il n’est pas facile de faire le bon choix.

En premier lieu il y a le prix : alors que certains produits sont gratuits, comme Silkypix qui est fourni avec votre appareil Fujifilm, mais aussi Apple Photo, RawTherapee ou DarkTable, la plupart sont payants avec des tarifs allant de quelques dizaines d’euros à plus de 250 euros, ou sous forme d’abonnement mensuel ou annuel.

Si vous souhaitez traiter vos fichiers RAW très occasionnellement il n’est pas forcément utile d’investir dans une licence onéreuse, toutefois sachez que des produits comme Lightroom ou Capture One ont une fonction de catalogage des photos très pratique et qui fonctionne aussi bien avec les RAW qu’avec les JPEG. Non seulement ces logiciels vous permettront de traiter vos fichiers RAW, mais vous pourrez classer et rechercher vos photos à l’aide de puissantes fonctions, créer une galerie web, imprimer de manière très précise et même concevoir vos livres photo.

Mais en faisant abstraction du prix et des fonctionnalités, ce que recherche le photographe avant tout c’est la qualité d’image : à quoi bon investir dans des boîtiers haut de gamme et des optiques de haut vol si c’est pour confier vos RAW à un logiciel qui ne saura pas en tirer tout le jus.

Alors que les RAW issus de capteurs à matrice de Bayer sont plutôt bien traités par les différentes solutions logicielles, il n’en va pas de même avec ceux de Fujifilm. En effet, la structure très particulière de la matrice X-Trans nécessite l’adaptation (voire la ré-écriture) des nombreux algorithmes de traitement d’image intégrés à ces logiciels. De plus Fujifilm ne coopère par très bien avec les éditeurs pour les aider à tirer toute la quintessence de ces fichiers RAW particuliers. À cause de ces complexités, certains éditeurs ont décidé de ne pas supporter les RAW Fujifilm (DxO par exemple), et d’autres en ont un support plutôt moyen voire médiocre.

L’offre en logiciels de dématriçage est assez riche et vous pourrez trouver une bonne douzaine de produits capables de traiter les RAW X-Trans. Cet article n’a pas pour but de tous les lister, ni même de décrire leurs fonctionnalités. J’ai retenu 6 logiciels dont les plus utilisés pour dématricer le X-Trans. J’ai voulu comparer leurs performances de dématriçage pures et en particulier sur trois points importants concernant la qualité d’image : la restitution des détails, la récupération des hautes lumières et la réduction du bruit.

Il y a bien entendu beaucoup d’autres points que l’on pourrait comparer, tels que le traitement des couleurs, la qualité des outils de correction, l’ergonomie, la richesse des fonctionnalités… mais il serait trop long de tout couvrir dans un article. J’ai préféré me concentrer sur la base, à savoir la capacité des logiciels à fournir au photographe une image dématricée de la meilleure qualité possible.

Les six applications testées sont :

Les quatre premiers sont les plus connus et les plus utilisés pour le X-Trans. J’ai souhaité aussi tester deux applications gratuites : Apple Photos qui fait partie de OSX (Mac) ainsi que Silkypix qui est fourni avec les appareils Fujifilm. Je voulais également tester RawTherapee qui est également gratuit et très complet, hélas je n’ai pas réussi à le faire fonctionner sur mon Mac. Vous pouvez éventuellement le télécharger et l’essayer pour voir s’il vous convient.

Les tests ont été menés sur les points suivants :

  • Extraction des fins détails
  • Récupération des détails dans les hautes lumières
  • Réduction du bruit

Note : j’ai une bonne connaissance de Lightroom et de Capture One, ayant utilisé ces deux logiciels durant plusieurs années. Les quatre autres ne me sont pas très familiers et j’ai du les apprendre sur le tas pour effectuer mes tests. Bien que j’ai pris un maximum de soin à essayer chaque option et apprécier son résultat sur l’image (mon expérience du post-traitement aidant à ne pas faire n’importe quoi) il est tout à fait possible que je n’ai pas compris ni tiré le plein potentiel de chaque logiciel. Je vous remercie de considérer les exemples suivants comme une évaluation plutôt réaliste des performances de chaque produit, mais qui n’ont pas valeur de référence absolue. Si vous avez une expérience contraire à ce que vous lisez ici, n’hésitez pas à laisser votre avis.

 

Extraction des détails

Le premier test concerne la capacité de chaque logiciel à extraire un maximum de détails de l’image. Pour l’exemple, j’ai pris cette photo :

X-T1 + XF 16mm f/1.4 - 1/400s à f/8 - ISO 200

Fujifilm X-T1 + XF 16mm f/1.4 – 1/400s à f/8 – ISO 200

 

Voici comment l’image est dématricée et affichée avec les valeurs par défaut de chaque logiciel (crop 100% de l’horloge) :

Image avec les valeurs par défaut à l’ouverture

 

L’étude de ces vignettes montre qu’Iridient Developer s’en sort le mieux pour extraire les plus fins détails de l’image : cela se voit particulièrement sur la finesse des chiffres romains, sur la mosaïque de l’horloge mais aussi sur les différentes textures. Ce n’est pas vraiment une surprise, ce logiciel étant souvent cité comme le meilleur pour l’extraction des fins détails du X-Trans. Il est toutefois important de noter que, par défaut, une accentuation assez poussée est active dès l’ouverture du RAW dans Iridient. Ceci explique la sensation de netteté plus prononcée, mais ça ne joue pas vraiment sur le niveau de détails qui est plus évident dans Iridient.

Silkypix semble également capable d’extraire beaucoup de détails mais le manque de netteté par défaut ne met pas ceci en valeur.

Capture One et Photo Ninja sont un peu derrière et sont proches en terme de détails récupérés.

Lightroom est en retrait et souffre aussi d’un manque de contraste par rapport aux quatre autres.

Quand à Apple Photos, il ferme la marche avec un rendu assez mauvais.

 

Il faut tout de même rester prudent avec cette première lecture car chaque logiciel applique un certain niveau d’accentuation à l’ouverture du fichier RAW, et ces différences de netteté peuvent donner une impression trompeuse quand au potentiel réel de chaque logiciel.

J’ai donc accentué cette même photo avec chaque application pour essayer d’en produire l’image la plus nette possible tout en restant dans les limites du raisonnable, c’est à dire sans créer de « halos » blancs disgracieux, signes de sur-accentuation.

Voici le résultat après accentuation :

Image après accentuation

 

L’accentuation chamboule quelque peu la hiérarchie précédente car on constate que Photo Ninja fait maintenant jeu égal avec Iridient, alors que Capture One me semble moins détaillé que Lightroom. J’ai toujours trouvé le moteur d’accentuation de Capture One assez décevant et c’est peut-être la raison de cette différence visuelle, les textures me paraissent floues et les contours grossiers.

Quand à Silkypix, le niveau de détails est vraiment bon mais l’accentuation n’est pas très fine sur les contours et ceci nuit à la finesse générale de l’image.

Après accentuation Apple Photos s’en tire mieux (par défaut il n’y aucune accentuation à l’ouverture, c’est pour cela que l’image manquait de netteté sur la capture précédente).

Pour aller jusqu’au bout du processus, j’ai travaillé l’image sur chaque logiciel pour la traiter du mieux possible, comme si je voulais en faire une image prête à imprimer : correction de la balance des blancs, ajout de contraste, et légère augmentation de la clarté (micro contrastes). Voici ce que ça donne :

Image après traitement léger

 

Mon avis ne change pas par rapport au constat précédent : Iridient et Photo Ninja sont clairement devants. Lightroom souffre d’un manque de contraste et de punch dans les couleurs mais offre tout de même un bon niveau de détails. Capture One n’a pas la « finesse » des trois autres, l’image me semble grossière en comparaison. SilkyPix est très détaillé mais toujours aussi peu net, ce qui ne permet pas d’obtenir une image de haute qualité. Apple Photos n’est clairement pas au niveau des autres.

 

Récupération des détails dans les hautes lumières

Un des avantages du RAW sur le JPEG c’est sa très grande dynamique et sa capacité à restituer des détails dans les hautes lumières (par exemple les nuages dans un ciel « brulé »). La plupart des dématriceurs disposent d’une fonction dédiée à la récupération des hautes lumières.

Les tests que j’ai menés montrent de grandes différences à ce niveau. J’ai pris pour exemple cette photo, exposée pour l’intérieur et dont le paysage à travers la fenêtre est complètement sur-exposé. J’ai utilisé l’outil de récupération des hautes lumières pour retrouver le maximum de détails possibles dans cette partie de l’image.

X-T1 + XF 14mm f/2.8 - 1/50s à f/2.8 - ISO 400

Fujifilm X-T1 + XF 14mm f/2.8 – 1/50s à f/2.8 – ISO 400

 

Voici ce que j’ai pu obtenir de mieux avec chaque logiciel :

Récupération des hautes lumières

 

Comme vous pouvez le voir, les différences entre les applications testés sont énormes. Ici Lightroom est de loin le meilleur pour cette fonction, il a récupéré énormément de détails sans créer des dérives de couleurs ni artefacts et tout en conservant un bon niveau de contraste.

Capture One arrive second mais n’a pas été capable de récupérer autant de détails que Lightroom, bien qu’ici aussi il n’y a ni dérives colorimétriques ni d’artefacts à signaler.

Photo Ninja aurait pu égaler Lightroom s’il n’avait pas généré autant de dérives de couleurs… sauf s’il y a une option de correction qui m’aurait échappée, le résultat est hélas bien peu exploitable.

Concernant Iridient, j’avoue avoir eu un peu de mal à comprendre la logique de cette fonction qui m’a fait utiliser deux glissières pour obtenir ce résultat très moyen. Certes les hautes lumières ont été récupérées sans dérives de couleurs, mais on est ici loin derrière Lightroom en terme de contraste et de détails.

SilkyPix est encore plus en retrait, aussi peu détaillé qu’Iridient et avec les dérives de couleurs de Photo Ninja… malgré 4 glissières dédiées à la récupération des hautes lumières il m’a été impossible d’obtenir mieux.

Enfin concernant Apple Photos, il n’y a pas de fonction dédiée à la récupération des hautes lumières et j’ai donc fortement sous-exposé l’image pour voir ce qu’il était possible d’en tirer. Les résultats sont très mauvais et devoir sous-exposer l’image entière de 3 IL n’est de toutes façons pas la solution.

Je m’étonne tout de même des différences entre les quatre ténors du dématriçage X-Trans et il est possible que je me sois trompé quelque part avec Iridient et Photo Ninja. J’ai pourtant vérifié et re-vérifié chaque option et je n’ai pas réussi à faire mieux que sur les vignettes présentées.

 

Réduction du bruit numérique

Nos appareils photo permettent d’aller jusqu’à des valeurs ISO importantes (6400 et plus) au prix d’une augmentation progressive du bruit numérique. Sur les appareils Fujifilm X-Trans, ce bruit est très peu présent jusqu’à 1600 ISO, reste correct à 3200 et commence à être vraiment prononcé à 6400 et au delà.

Fort heureusement les logiciels de post-traitement disposent d’une fonction de réduction (et même d’élimination complète) du bruit. Toutefois il n’y a pas de magie : le bruit disparaît par « lissage » de l’image, ce qui a pour contre-effet de réduire la netteté et de noyer les fins détails dans une bouillie de pixels. Tout l’art consiste à trouver le bon compromis entre bruit atténué et bonne conservation des détails.

J’ai donc choisi l’image suivante, prise à 6400 ISO, et tenté de réduire au maximum le bruit tout en conservant assez de détails pour ne pas perdre la lisibilité des textes :

X100S - 1/100s à f/2.8 - ISO 6400

Fujifilm X100S – 1/100s à f/2.8 – ISO 6400

 

Voici les résultats comparatifs :

Réduction du bruit numérique

 

Je trouve que Lightroom et SilkyPix s’en sortent le mieux, le bruit a été bien lissé sans trop altérer les détails de l’image. J’ai pu conserver le même niveau de détails dans Capture One mais sans arriver à réduire autant le bruit que dans Lightroom et SilkyPix, mais on peut considérer que les trois sont vraiment proches en terme de rendu.

Iridient a généré pas mal d’artefacts dégradant nettement l’image, alors qu’avec Photo Ninja (pourtant assez réputé pour sa qualité de gestion du bruit) l’image est un peu nerveuse.

Ici encore Apple Photos n’est pas au niveau.

 

Conclusion

Ces tests me confortent dans l’idée que Lightroom, pourtant souvent pointé du doigt et boudé par quelques Fujistes, est un très bon logiciel pour le dématriçage de nos fichiers RAW Fujifilm.

Certes Iridient et Photo Ninja sont plus pointus pour extraire les fins détails de l’image, et bon nombre de photographes ne jurent que par ces deux logiciels. SilkyPix semble tout aussi performant pour les fins détails mais hélas son moteur d’accentuation ne permet pas de produire un même niveau de netteté que les deux autres.

Je crois cependant qu’il faut rester raisonnable et choisir en fonction du mode de diffusion de nos photos et non pas seulement par rapport aux performances en visualisation d’écran à 100%. Alors que sur les vignettes à 100% les différences sont bien visibles, regardez à nouveau l’image entière au tout début de l’article et demandez-vous si sur une image web de cette dimension (900px de large) vous pourriez voir aussi clairement ces différences.

Si vos images sont destinées à être diffusées sur le web, les infimes différences d’un logiciel à l’autre seront (quasiment) imperceptibles, il n’y a donc pas lieu de trop focaliser sur ce point. En revanche, pour des impressions de grande dimension (à partir de A3) effectuées sur des imprimantes haut de gamme, l’oeil pourra percevoir ces différences et là le choix du logiciel est déterminant.

Concernant la récupération des hautes lumières et, dans une moindre mesure, la réduction du bruit, les performances des logiciels se remarqueront même pour des images web et ces points me semblent donc plus importants pour le choix d’un dématriceur que le niveau de rendu des fins détails.

A mon sens, Lightroom et Capture One ont une bonne longueur d’avance sur le reste. S’ils ne sont pas les meilleurs dans tous les domaines ils représentent d’excellents compromis de par la richesse de leurs outils et de leurs fonctionnalités, et par leur souplesse d’utilisation. En revanche ils sont les plus onéreux, que ce soit en licence fixe ou par abonnement, et seront intéressants si vous travaillez essentiellement en RAW (et si vous prenez beaucoup de photos).

Iridient et Photo Ninja sont d’utilisation plus complexe et peuvent dérouter l’utilisateur occasionnel, ils ne disposent pas de fonction de catalogage ni d’outils de correction locale et obligent donc à être insérés dans un flux de travail qui fera transiter l’image (en TIFF) entre divers logiciels. Leur ergonomie est assez moyenne, celle de Photo Ninja étant carrément d’un autre temps. Pour moi ces deux outils ont leur place mais doivent être utilisés principalement pour le traitement de photos destinées à l’impression en grandes dimensions et à l’exposition.

Apple Photo est un outil pratique et ergonomique, simple d’utilisation et qui conviendra à l’utilisateur occasionnel qui ne souhaite pas apprendre à maîtriser toute la complexité d’un dématriceur professionnel. Disponible gratuitement avec Mac OSX, il rendra service pour le post-traitement simple et rapide de vos fichiers RAW, ainsi que leur classement dans son catalogue, mais il ne faudra pas en attendre une qualité d’image exceptionnelle.

Quand à Silkypix, fourni avec votre appareil photo, il offre des performances correctes mais est très lent et peu souple, chaque action prend un certain temps pour rafraichir l’image et il m’est arrivé plusieurs fois de ne pas pouvoir bouger les curseurs. Il peut servir pour dépanner occasionnellement, si vous travaillez essentiellement en JPEG et que vous souhaitez traiter un RAW de temps en temps, mais j’aurai beaucoup de mal à traiter régulièrement plusieurs photos avec une telle application. Certes il est gratuit, mais il existe d’autres solutions gratuites et très complètes, tel que RawTherapee (que je n’ai hélas pas pu faire fonctionner correctement sur mon Mac), que vous pourriez envisager à la place.

 

Facebooktwittergoogle_plusmail
Billet précédent Billet suivant

Ceci peut aussi vous intéresser

39 Commentaires

  • Répondre Claude Boisnard 9 janvier 2017 à 10 h 06 min

    Bonjour
    je suis confronté à une grosse déception avec un XT2, à 3200 iso, mais aussi dans des conditions moyennes (brouillard), les photos obtenues avec LR, PS et Capture one sont pleines de « poussière » dans les zones de basse lumière, les détails sont aplatis dans les ombres. Y a-t-il des irrégularités dans la qualités des appareils, des capteurs ? ou bien y a-t-il quelque réglages miracles ?

    • Répondre Gil 10 janvier 2017 à 9 h 19 min

      Bonjour,
      Difficile de vous répondre sans voir des exemples d’images qui vous posent problèmes.
      A 3200 ISO il y a du bruit numérique et une perte de dynamique, c’est un phénomène normal.
      Si vous pensez que la dégradation est au delà de la normalité, alors il faut voir si votre appareil a un souci…
      Est-ce que vous photographiez en RAW ?
      Comment traitez-vous vos images ?

      • Répondre Claude Boisnard 14 janvier 2017 à 11 h 02 min

        Merci de me répondre.
        Je photographie en raw, depuis des années avec Nikon, les fichiers NEF ne m’ont jamais posé de problème, avec aucun des logiciels, même si je trouve que j’obtiens de meilleurs résultats avec capture-nx. Le plus souvent ce sont des traitements relativement légers.
        Pour ce qui est des fichiers RAF Les résultats obtenus avec Silky me semblent meilleurs, mais avec LR dès l’affichage il y a un grain apparent, très sensible impossible à faire disparaître avec les traitements anti bruit. Je mets des fichiers sur dropbox pour que vous puissiez regarder si vous en avez le temps. Je fais le plus souvent un traitement minima mais pour les fichiers RAF leur apparence est tellement décourageante sur LR que je ne fais rien !

        https://www.dropbox.com/sh/9a74tu1qpsv95ki/AAAYVgop9ytn9nhFEpATN3jra?dl=0

        Est-ce que ce sont les logiciels qui ont du mal à traiter les fichiers RAF dans les basses lumière ? les premières photos prises à une heure de pleine lumière étaient très satisfaisantes.
        Mais dans les basses lumières je ne trouve pas que les résultats soient aussi bons que ce que j’obtiens avec mon D610, alors que le XT2 est donné comme un appareil donnant justement de bons résultats dans les basses lumières.

        • Répondre Claude Boisnard 14 janvier 2017 à 15 h 13 min

          J’ai pas mal avancé. Sur Lightroom, je peux bien sûr corriger cette poussière et ce grain, mais c’est au prix d’un lissage que je trouve le plus souvent très dommageable, par contre je me suis familiarisé avec Silypix : alors que je m’étais surtout contenté de Rawfile conveter, Silkypix D7 lit les fichier RAF de façon beaucoup plus fine, et permet des corrections assez efficaces sans rajouter de bruit même sur des clichés nocturnes et à 3200 ISO. Il ne permet pas de corrections locales ce qui est dommage, je vais voir si la version pro est plus avancée de ce côté là.
          Encore merci pour votre travail qui m’a bien aidé.

          • Gil 15 janvier 2017 à 12 h 22 min

            Bonjour,
            Quelle version de LR utilisez-vous ?
            Je viens de faire un essai avec l’image DSCF5097 et en appliquant les valeurs suivantes dans l’onglet « Détail ».
            Netteté :
            – Gain : 10
            – Rayon : 0,9
            – Détail : 100
            – Masquage : 30
            Réduction du bruit :
            – Luminance : 25
            – Détail : 50
            – Contraste : 0
            Le résultat me semble pas mal, sans trop de lissage.
            Est-ce que vous obtenez un meilleur rendu avec Silkypix ?
            Gil

          • Claude Boisnard 16 janvier 2017 à 10 h 31 min

            Bonjour
            Merci pour vos observations, j’ai appliqué les corrections que vous m’avez communiquées, mais je reste un peu déçu par rapport à ce que j’attendais, dans les hauts iso.
            J’ai fait un essai avec le silkyD7, je viens de mettre un fichier « NOUVEAU » du DSCF5097 dématricé avec SilkyD7, vous pourrez juger. Je n’ai pas appliqué de correction autre que +0,5 en exposition. Je me demande s’il n’ y a pas un léger lissage « automatique » mais dans les à plats colorés (le bateau pilote orange) le grain est beaucoup plus fin.

          • Claude Boisnard 17 janvier 2017 à 15 h 43 min

            Dernières nouvelles de mes essais divers : Phase one vient de sortir une mise à jour « Captureone 10.01 » me semble-t-il donne les meilleurs résultats, elle donne un grain fort acceptable bien inférieur à ce que donne LR et Photoshop ; au niveau de Silkypix pour le dématriçage mais le reste est beaucoup plus satisfaisant : de bons résultats sur la récupération des hautes lumières avec le curseur. Pour la récupération des ombres c’est un peu plus long, il faut passer par des interventions locales dans certains cas, mais les résultats sont satisfaisants, on ne fait pas monter des bruits dissuasifs. Les couleurs sont préservées.

  • Répondre laurent 26 septembre 2016 à 22 h 15 min

    Bonjour,

    Merci pour vos articles très intéressants. Notamment le syndrome d’acquisition de matériel qui m’a fait réfléchir.

    Je travaille avec Darktable 2.0.6 sur mac et je suis ravi du résultat. Je fais parfois des « Raw context » avec des collègues sous lightroom et franchement, on peut faire de l’excellent travail avec Darktable.

    Je serais ravi que vous complétiez votre article avec darktable.

    • Répondre Gil 27 septembre 2016 à 7 h 48 min

      Bonjour,
      Je n’ai jamais essayé Darktable, mais j’en ai entendu du bien.
      J’envisage un article plus complet sur les dématriceurs, avec un peu plus de technique, il me faudra un peu de temps pour préparer ça.

  • Répondre claudio 21 septembre 2016 à 12 h 28 min

    tres bon contenu !!
    pourriez vous faire une m.a.j. sur capture one derniere version avec un fichier r.a.f.
    merci beaucoup, et felicitations.

  • Répondre Occo Hellendoorn 29 août 2016 à 21 h 19 min

    Bonjour Gil,
    Merci pour le ton, le contenu, les infos bien conçus.
    Simplement, avez-vous entendu parler de Lightzone ?
    Il dérawtise mon XE-2 proprement, à mon goût tout le moins et propose une autre approche de développement…
    J’ignore s’il derawtise les fichiers issu de X pro 2 et consort, je ne possède pas ces nouveaux modèles…
    Ils ont une version MAC qui nécessite une vigilance autour de Java mais sinon fonctionnelle.

    • Répondre Gil 30 août 2016 à 9 h 40 min

      Bonjour Occo
      Je connais Lightzone de nom mais je n’ai pas encore eu l’occasion de l’essayer.
      Merci pour votre retour !

  • Répondre Lepivert 12 juillet 2016 à 2 h 30 min

    Pour mémoire ,le LR 5.7 fonctionne très bien avec le boîtier XT-1 ,il me suffit pour obtenir ces clichés comme je les aiment .
    Pour le XPro2 , silkypix peut-être intéressant au de matriçage ,après ,je retourne sur LR 6 . Pas très concluent à ce jour ,mais il faut considérer que ce ne sont que des essais ,puisque démarre ce soir ! Je vous en dirais plus sous peu . Mais toujours preneur d’autres solutions , peu honteuse ! Merci à vous .

  • Répondre Gilles 17 mai 2016 à 17 h 34 min

    Encore une fois un super article.
    Avec mes Nikon j’utilisais DXO pour le dematricage et iView Media Pro pour le cataloguage. Avec les Fuji forcé je fus de trouver une autre solution. J’ai opté pour LR qui me semble être et de loin le meilleur compromis. En ce qui me concerne le développement des RAF effectué par LR me satisfait et cerise sur le gâteau les fonctions de cataloguage de LR sont prodigieuses sans oublier ses fonctions de geolocalisation.

  • Répondre Anouk 28 avril 2016 à 22 h 40 min

    Bonsoir,
    Un grand, un très grand merci à vous pour votre dossier, ainsi qu’aux personnes qui ont commenté : tout est très instructif!

  • Répondre bialantoine 17 avril 2016 à 10 h 59 min

    Bonjour,
    Merci pour ce travail intéressant et très utile.
    Il me semble que beaucoup d’amateurs (et de pros) importent les images directement dans Photoshop avec Camera Raw, sans les modifier, avant de les traiter.
    Nouveau « Fujiste » (et ancien Nikoniste), je n’ai pas encore essayé de dématriceur avec mon X-Pro2 très récent, dont les premiers JPEG me semblent de haute tenue, et se plient bien au traitement d’image (hautes et basses lumières, débruitage, niveaux et courbes …) dans Photoshop CS6. J’ai lu quelque part que la version compatible de Camera Raw passe par une mise à jour de Photoshop en dernière version.
    Qu’en pensez-vous ?

    • Répondre Gil 17 avril 2016 à 17 h 50 min

      Bonjour,
      Il faudra effectivement mettre à jour Camera RAW pour pouvoir dématricer le X-Pro2, ou bien le dématricer avec un autre logiciel puis enregistrer un TIFF que vous pourrez traiter ensuite dans Photoshop.

  • Répondre A.L 14 avril 2016 à 19 h 14 min

    Je vous adresse tous mes remerciements pour la qualité de votre site.
    Votre dossier sur les dématriceurs est particulièrement intéressant. J’avais testé Capture One, Iridient, Silkypix. Malgré mes compétences très limitées, j’en étais arrivé aux mêmes conclusions que vous. Mais j’ai pensé que les défauts constatés tenaient à mon manque de maîtrise de ces logiciels. Ainsi, Capture One ne m’avait pas emballé du tout et finalement, c’est avec Silkypix que j’ai obtenu les résultats les plus convaincants, mais son ergonomie est vraiment pénible. J’ai alors testé Raw Therapee qui fonctionne sans problème sur mon Mac ( version OS 10.11.4 ) Ce logiciel est très complexe, trop pour moi et les images obtenues sont trop lissées, manquent de détails . Sans doute que je sais mal m’en servir. Aussi, si vous pouviez le tester … Finalement, j’obtiens les meilleurs résultats avec Affinity Photo. sSi vous pouviez aussi donner votre avis sur ce logiciel. J’utilise un X Pro 1 et malgré tout ce qu’on peut lire sur la qualité de ses jpg, je préfère développer des raw .
    Encore merci de nous faire partager votre expérience et vos connaisances.

    • Répondre Gil 14 avril 2016 à 21 h 18 min

      Bonjour et merci pour votre message.
      Je voudrai bien tester RawTherapee mais j’ignore pourquoi il ne fonctionne pas correctement sur mon Mac.
      Quand à Affinity Photo (que j’ai acheté et qui est une excellente alternative à Photoshop) son moteur de dématriçage n’est pas encore très perfectionné, notamment pour la récupération des ombres et des hautes lumières. Je crois qu’ils travaillent sur l’amélioration de cette partie, et s’ils le mettent au niveau du reste de l’application ça sera une alternative très intéressante aux autres applications pour un prix de licence vraiment très peu cher.

  • Répondre PATRICK RIQUIER 13 avril 2016 à 17 h 36 min

    Bonjour,
    Bravo pour la qualité du dossier consacré aux logiciels de traitement et plus encore, pour la qualité du français employé.
    Bonne continuation.

  • Répondre Arnaud FIOCRET 13 avril 2016 à 9 h 54 min

    J’ai apprécié la conclusion à l’arrache sur Silkypix : « Quand à Silkypix, fourni avec votre appareil photo, c’est un logiciel à laisser dans la boite. Non seulement il est d’une lenteur abominable, mais il est aussi très peu ergonomique et produit une qualité d’image inférieure. ». Il y a beaucoup à méditer sur la pertinence de ce genre de conclusion. Je travaille 100% en RAW et 100% avec Silkypix pour pré-mouliner les RAW de mon X100T avant de les finir sur deux autres logiciels. Des RAW toujours hyper nets et une excellente gestion des rendus des pellicules. J’ai l’impression que la qualité des résultats sur Silkypix et sur tous les logiciels de post-traitement en règle générale est directement dépendante de l’utilisateur. Moi-même, en toute humilité, suis-je susceptible de juger moins bon un logiciel parce-que je ne sais tout simplement pas m’en servir d’une façon optimale. La question la plus juste pour le développement optimal des RAW X-TRANS aurait dû être : Quel dématriceur pour quel utilisateur ?

    • Répondre Gil 13 avril 2016 à 12 h 17 min

      Bonjour,

      Le problème avec Silkypix (en tout cas sur mon Mac) est que chaque action effectuée prend entre 1 et 5 secondes pour rafraîchir l’image en zoom 100%, indispensable pour travailler sur l’accentuation et la réduction du bruit. Pour la réduction du bruit qui comporte plusieurs glissières, les combiner entre elles pour essayer diverses variantes de correction devient vite insupportable.

      Alors effectivement des six logiciels testés j’ai sans doute été le moins rigoureux avec Silkypix à cause de cette lenteur abominable et cette ergonomie d’un autre temps. Peut-être qu’avec beaucoup d’expérience (et de patience) est-il meilleur que ce que j’ai pu constater lors de ce test…

      Vous lui trouvez « des RAW toujours hyper nets et une excellente gestion des rendus des pellicules », est-ce une appréciation subjective ou avez-vous comparé son rendu avec d’autres dématriceurs ? Ce n’est pas une question piège, je serai intéressé de savoir si un utilisateur régulier de ce produit a pu le comparer directement à d’autres.

      Cela dit vous avez raison sur le fond, n’ayant peut-être pas testé ce logiciel à son plein potentiel pour les raisons évoquées ci-dessus, je vais revoir ma phrase le concernant.

      • Répondre Arnaud FIOCRET 13 avril 2016 à 14 h 52 min

        Je travaille également sur Mac et je trouve globalement le piqué des RAW très bon en sortie de Silkypix, sans même me préoccuper d’accentuation ou de réduction de bruit. Je travaille à toutes les sensibilités ISO (200 à 6400 ISO) et je ne souffre presque jamais du bruit. Et quand j’en souffre, c’est une souffrance rapidement balayée par les deux logiciels suivants que j’utilise dans mon flux (notamment DXO dont le débruiteur, même en mode basique, fait consensus en terme d’efficacité chez beaucoup). Le X100T est d’ailleurs le premier appareil (après avoir eu précédemment trois reflex NIKON) avec lequel je ne me suis jamais préoccupé du bruit de fond et avec lequel, j’ai pris le parti d’être continuellement en ISO auto.

        J’utilise Silkypix pour la première raison évidente qu’il a été développé directement en partenariat avec FUJI et qu’il possède donc nativement un moteur de dématriçage le plus au fait de la matrice X-TRANS, sans compter la possibilité de changer de rendu de pellicule après la prise de vue (VELVIA, ASTIA, CLASSIC CHROME, NB,…) dans la parfaite fidélité des profils contenus dans les FUJIFILM X (ce qui n’est pas franchement le cas des profils développés pour LIGHTROOM et consorts, qui s’en approchent pourtant très honorablement, sans jamais toutefois les égaler).

        J’utilise Silkypix uniquement pour dégrossir le travail (tri et choix des vues à développer, luminosité, contraste, débouchage des hautes lumières et des basses lumières, courbes, optimiser le choix du rendu de film par rapport au sujet, petites corrections géométriques) en vue d’obtenir un TIFF 8 bits sans perte de chacune de mes images pour pouvoir les reprendre dans d’autres logiciels ensuite. A partir de ce TIFF, je finalise avec Viveza ou DXO si l’image demande davantage d’attention. C’est d’ailleurs grâce à Silkypix que j’ai pu bien justement contourner l’absence du dématricage natif d’un X-TRANS sur DXO, n’étant vraiment pas marié avec le format JPEG (bien que les boitiers FUJIFILM soient reconnus justement pour fournir nativement les plus beaux JPEG par rapport aux autres acteurs du secteur) car j’adore avoir toute la maîtrise sur ce que je fais et pour cela, être en possession de toute l’information fournie par un capteur.

        Silkypix n’a sans doute pas l’interface la plus intuitive mais beaucoup d’outils puissants se cachent dans le logiciel et méritent leur apprentissage car la récompense est souvent au bout. Il permet bien franchement de petites corrections géométriques très efficaces des perspectives comme DXO – dématriceur que j’utilise régulièrement, tant pour mes NEF (car je travaille encore très sporadiquement avec deux appareils NIKON) que pour donner des coups de mains à certains amis/collègues qui utilisent des boîtiers d’autres marques soutenus par celui-ci. Comprendre la philosophie de ses réglages (chose salutaire pour un amoureux d’architecture comme moi), on peut être amené à rapidement apprécier Silkypix.

        Autrement dit, chacun son expérience (je pratique la photo depuis 2005), chacun sa façon de travailler et quand je trouve mes RAW « toujours hyper nets en sortie » de Silkypix, il s’agit à la fois d’une appréciation subjective de ce qu’est la netteté pour moi mais également un retour d’expérience objectif tout à fait personnel sur la notion de netteté découlant de l’utilisation successible de 4 appareils photo différents au cours de cette dernière décennie avec plusieurs approches différentes selon les années.

        Très cordialement.

      • Répondre Arnaud FIOCRET 13 avril 2016 à 15 h 14 min

        Je noterai par ailleurs Gil que vous avez basé votre test sur la version 3.2.23 de Silkypix. Personnellement, j’utilise depuis fin février 2015 la version 4 (4.1.3.0 actuellement) qui de toute évidence a subi bien des améliorations justifiant la mise à jour (comme justement le choix du rendu de film).

        • Répondre Gil 13 avril 2016 à 18 h 15 min

          Effectivement, j’avais testé avec la version fournie avec mon appareil. J’ai téléchargé la 4.1.3.0 et effectué de nouveaux tests qui sont plus concluants, j’ai mis à jour l’article en vous remerciant pour l’information et vos différents retours.
          Cordialement.
          Gil

  • Répondre Denis 13 avril 2016 à 9 h 38 min

    Bonjour
    Excellent travail qui, contrairement à ce qu’on voit souvent sur le Net (ou ailleurs), ne s’arrête pas simplement à juger la qualité des fichiers RAW uniquement aux valeurs d’ouverture par défaut des différents logiciels.
    Merci encore d’avoir été plus loin et de nous l’avoir partagé.
    Cdt
    Denis

  • Répondre Chantal 12 avril 2016 à 22 h 51 min

    Je sais que CaptureOne est aujourd’hui un logiciel « hype » dans la petite communauté des fujistes. Mais, personnellement, je choisi un logiciel aussi par sa prise en main. Quand je suis passée d’Aperture à Lightroom, le changement s’était très bien passé. Lorsque j’ai ouvert la première fois CaptureOne, et pour la première fois de ma vie en ouvrant un logiciel, j’ai eu peur (bon j’exagère un peu LOL)

    Pour le 99%, Lightroom me convient très très bien. Juste pour une série en studio, le dématriçage ne m’avait pas du tout convenu. Silkypix, aussi fastidieux et lent qu’il est, à fait le job et j’ai pu exporter ces images en TIFF et les réimporter dans Lightroom pour le reste du travail.

    Il existe de bons logiciels pour traiter les fichiers bruts de nos Fuji. Trouvez le vôtre (ergonomie et qualité qui vous convient) et shootez heureux 🙂

    • Répondre Gil 13 avril 2016 à 12 h 24 min

      Capture One est un excellent logiciel mais qui a ses forces et ses faiblesses. Pour la gestion des couleurs, par exemple, il est loin devant les autres.
      Vous indiquez avoir eu de bons résultats avec SilkyPix, ce qui rejoint en partie le commentaire d’ARNAUD FIOCRET.
      J’aimerai savoir pourquoi vous dématricez avec SilkyPix pour ensuite importer dans Lightroom, est-ce parce que vos essais comparatifs vous ont démontré que le dématriçage est meilleur avec SilkyPix ?
      Merci pour vos retours !

      • Répondre Chantal 13 avril 2016 à 17 h 33 min

        En fait, sur une série de photos studio où le fond était gris, Lightroom me donnait des artefacts verts et rouges monstrueux et, je vais le dire, dégueulasse. C’est, pour l’instant, la seule et unique fois que Lightroom n’a pas été à la hauteur.

        Ayant sous le coude Silkypix, version 4.1.2.0, j’ai tenté le coup. Et le résultat fut bien meilleur !

        Ici, voici le résultat que j’obtenais avec Lightroom CC: https://flic.kr/p/D1LgSs. Vous noterez les fameux artefacts verts et rouges qui apparaissent dans le fond gris.
        Et ici, le résultat après dérawtisation dans Silkypix et importation dans Lightroom https://flic.kr/p/CUojY6

        • Répondre Gil 13 avril 2016 à 18 h 15 min

          Merci Chantal, c’est intéressant.

  • Répondre Mike 12 avril 2016 à 22 h 46 min

    Merci, c est très intéressante , mais après avoir essayer
    Lightroom
    Capture One Pro
    Iridient Developer
    Photo Ninja
    je trouve que pour moi Photo Ninja donne le meilleure résultat .

    • Répondre Gil 13 avril 2016 à 12 h 25 min

      Merci pour votre retour MIKE !
      Meilleur résultat à quel niveau ? Pourriez-vous préciser ?

  • Répondre Hamza 12 avril 2016 à 17 h 02 min

    Magnifique travail, c’est un plaisir de suivre vos articles. Je n’en rate pas une miette.
    J’aurai aimé que vous mettiez en comparaison aussi les fichiers JPEG sorti du boitier pour avoir une comparaison du dematricage interne vs celui de tout les logiciels que vous avez cité. Encore merci.
    Cdt
    Hamza

    • Répondre Gil 13 avril 2016 à 12 h 26 min

      Merci HAMZA. Il aurait sans doute été intéressant de comparer les résultats aux JPEG boîtier mais l’article concerne surtout le choix d’un dématriceur pour le traitement des RAW, pour ceux qui choisissent de travailler avec ces fichiers.

  • Répondre moyse 12 avril 2016 à 16 h 27 min

    Merci et je suis du meme avis LR ok pas tip top mais offres tellement d autres atout !!!

    Quitte a avoir iridient comme dévelopeur pour quelques occasions

  • Répondre Olivier Caenen 12 avril 2016 à 14 h 42 min

    Bonjour,merci pour ce dossier trés bien fait
    Quelle pré-accentuation conseiller par défaut pour les Raw Xtrans XT1/XT10 dans LR ? (avant un réglage plus fin selon le format et support de destination)
    CDLT

    • Répondre Gil 12 avril 2016 à 15 h 06 min

      Bonjour,
      Vous pouvez commencer par positionner le curseur Détails entre 60 et 80 sans toucher au reste.
      C’est une bonne base, le X-Trans nécessitant peu d’accentuation.

  • Répondre Shads60 12 avril 2016 à 13 h 56 min

    Bien réalisé et cela me conforte de travailler sur LR.
    Merci beaucoup !!!!

  • Déposer un message