Pont Vasco de Gama - Lisbonne
Guide

Quel matériel pour les vacances ?

Les vacances d’été débutent et, sur les forums, la valse des demandes de conseils reprend comme chaque année. Beaucoup de photographes sollicitent la communauté pour être aidés dans leur choix de matériel à emporter pour être certains de ramener des images extraordinaires de leur voyage. 

 

Il n’est évidemment pas possible d’établir une feuille de route idéale et qui convienne à tout le monde, mais avec l’expérience et un peu de bon sens, il est assez facile d’orienter les choix d’après les cas de figure les plus fréquents.

Pour pouvoir faire le bon choix, il faut d’abord déterminer comment doit se positionner la photographie dans votre voyage !

 

Voyage à but photographique

Vous avez décidé de partir en Islande ou sur l’ile de Skye pour capturer de magnifiques paysages, c’est un voyage prévu de longue date pour lequel le confort et le lèche-vitrines n’est pas la priorité. Vous partez seul(e), avec votre conjoint, ou un groupe d’amis eux aussi photographes et désireux de partager avec vous une aventure où la chasse aux images est la raison d’être du voyage.

Ici il n’y a pas à tergiverser : vous mettrez dans votre sac tout ce qui vous sera utile et nécessaire ! Les considérations de poids et d’encombrement sont secondaires, vous partez pour photographier avant tout et vous n’aurez aucune raison de vous dispenser de tout votre matériel.

Si vous comptez faire essentiellement du paysage ou de l’architecture, je vous recommande d’emporter :

  • Deux boîtiers (si possible) car il serait dommage de vous retrouver incapable de photographier un lac sublime après 3 heures de randonnée si votre unique boîtier tombe en panne. Idéalement deux X-T1 ou un X-T1 et un X-T10.
  • Un grand angle de qualité : le XF 14 f/2.8 ou le XF 16 f/1.4, qui vous sera nécessaire pour assurer des images très piquées.
  • Un très grand angle : le zoom XF 10-24 f/4 ou le très bon et peu cher Samyang 12mm f/2, vous donnant la possibilité de capturer des scènes grandioses et/ou trouver des perspectives originales.
  • Un zoom standard : XF 18-55 f/2.8-4 ou 16-55 f/2.8, monté en permanence sur votre 2ème boîtier et qui vous permettra de photographier un peu de tout durant les trajets et les randonnées.
  • En option : un télé-zoom tel que le XF 55-200 f/4.5-4.8 ou le XF 50-140 f/2.8, qui sera sans doute moins souvent utilisé que les autres mais qui peut s’avérer utile ponctuellement.
  • Un trépied carbone de qualité, car il est inconcevable d’envisager faire du paysage ou de l’architecture sans trépied solide. Ici il y a foison d’offres et le choix d’un bon trépied pourrait faire l’objet d’un article à lui tout seul. Mon trépied, dont je suis on ne peut plus satisfait, est un Feisol CT-3442 qui est excellent pour le prix. Je l’ai équipé d’une rotule Arca Swiss P0 et je n’ai eu aucun problème à obtenir des images très piquées même avec du matériel aussi lourd qu’un Nikon D700 et le 70-200 f/2.8 VRII… ce ne sont pas nos petits appareils Fuji légers qui le feront plier.
  • Un filtre polarisant de qualité et quelques bagues d’adaptation pour pouvoir le monter sur vos diverses optiques.
  • Un filtre ND 1000 pour les poses longues de rivières et cascades.
  • Des batteries additionnelles (au moins 4).
  • Les accessoires indispensables pour nettoyer votre matériel : un Giotto Rocket Blower, un Lens Pen, et quelques chiffons micro-fibres
  • Et enfin un sac confortable, permettant l’accès facile au matériel, solide et protégé contre les intempéries. J’utilise le Lowepro Hatchback 22 AW mais si vous avez besoin de plus d’espace, je vous recommande le Lowepro Flipside 400 AW.

Si vous comptez faire essentiellement de l’animalier, vous mettrez dans votre sac :

  • Deux boîtiers (si possible) pour les mêmes raisons que ci-dessus, idéalement deux X-T1 ou un X-T1 et un X-T10.
  • Le super télé-zoom XF 100-400 f/4.5-5.6 et le convertisseur XF 1.4x TC, alternativement le XF 55-200 f/4.5-4.8 ou le XF 50-140 f/2.8 (sur lequel vous pourrez aussi monter le convertisseur 1.4x)
  • Un grand angle de qualité : le XF 14 f/2.8 ou le XF 16 f/1.4
  • Un zoom standard : XF 18-55 f/2.8-4 ou 16-55 f/2.8, monté en permanence sur votre 2ème boîtier et qui vous permettra de photographier un peu de tout durant les trajets et les randonnées.
  • Un trépied carbone de qualité (voir ci-dessus).
  • Un monopode pour soutenir votre 100-400 de longues heures sans fatigue.
  • Un filtre polarisant de qualité et quelques bagues d’adaptation pour pouvoir le monter sur vos diverses optiques.
  • Des batteries additionnelles (au moins 4).
  • Les accessoires indispensables pour nettoyer votre matériel : un Giotto Rocket Blower, un Lens Pen, et quelques chiffons micro-fibres.
  • Et enfin un sac confortable, permettant l’accès facile au matériel, solide et protégé contre les intempéries. Je vous recommande le Lowepro Flipside 400 AW.

 

Voyage mixte tourisme / photographie

Vous comptez arpenter les rues de Barcelone ou de Prague avec votre époux/épouse ou vos amis, mais ne souhaitez pas pour autant sacrifier votre passion pour la photographie. Il s’agira ici de composer avec deux contraintes souvent incompatibles : être disponible pour vos proches et trouver du temps pour photographier dans de bonnes conditions.

Par expérience, pour avoir maintes fois tenté de concilier les deux, je vous recommande d’éviter de partir avec un sac rempli de matériel et notamment d’objectifs fixes.

Il faut comprendre quelque chose d’important : si la photographie est votre passion, elle n’est pas celle de votre conjoint ou de vos amis. Autant ils accepteront de vous attendre patiemment 15 minutes le temps que vous preniez quelques photos d’un lieu intéressant, autant ceci leur deviendra pénible et désagréable si vous les faites attendre plusieurs fois par jour tout le long de vos vacances !

Partir avec des fixes c’est changer souvent d’objectif donc devoir consacrer du temps à chaque photo que l’on souhaite un peu recherchée. Durant les promenades, vous devrez plusieurs fois vous arrêter pour poser le sac, trouver le bon objectif, l’équiper, prendre la photo, éventuellement essayer avec une autre optique, puis ranger le matériel et repartir. C’est donc obligatoirement un arrêt de plusieurs minutes pour vous et pour vos proches, qui seront « forcés » de vous attendre. Et croyez-moi, au bout d’un moment, ils en auront marre…

Et comme vous vous en rendrez-compte, plus les jours passeront et moins vous oserez leur infliger ces attentes pénibles. Vous finirez par prendre de moins en moins de photos, ou des photos « rapides » avec l’objectif monté sur le boitier (qui ne sera pas toujours le meilleur pour la scène), et vous réaliserez que vous trainerez sur votre dos un sac lourd et volumineux pour rien.

Efforcez-vous plutôt de trouver le bon compromis entre qualité d’image et encombrement minimum afin de pouvoir déclencher fréquemment sans (trop) faire attendre ceux qui vous accompagnent.

Parmi les possibilités :

  1. Un boîtier avec un zoom standard de qualité, par exemple le X-T1 et le 16-55 f/2.8 : avec cet équipement vous pouvez assurer au moins 80% des photos possibles autour de vous sans sacrifier la qualité d’image. Vous aurez toujours l’appareil autour du cou ou sur l’épaule et serez capable de photographier rapidement en intérieur ou extérieur sans marquer des arrêts trop prolongés. Vous pouvez même vous passer de sac photo.
  2. Deux boitiers avec deux zooms complémentaires. Ici plusieurs combinaisons sont possibles : boîtiers X-T1X-T10, X-E2s… zooms XF 18-55 f/2.8-4 ou 16-55 f/2.8 sur un boîtier et XF 10-24 f/4XF 55-200 f/4.5-4.8 ou XF 50-140 f/2.8 sur l’autre. Un boîtier avec le zoom standard autour du cou, l’autre boîtier avec le zoom grand angle ou télé dans un sac d’épaule, vous alternez l’un et l’autre rapidement pour couvrir plus de 95% des sujets. Mais évidemment c’est plus lourd, plus encombrant, et vous vous fatiguerez plus au bout de plusieurs heures de marche dans les rues.
  3. Deux boitiers et deux fixes complémentaires : boîtiers X-T1X-T10X-E2s, X-Pro2… fixes XF 14 f/2.8XF 16 f/1.4, XF 23 f/1.4, ou XF 35 f/2 sur un boîtier et XF 56 f/1.2, XF 60 f/2.4 ou XF 90 f/2 sur l’autre. Ici aussi vous alternerez entre l’appareil autour du cou et celui dans le sac d’épaule, mais l’ensemble sera plus léger et vous gagnerez en qualité d’image, au détriment d’une certaine polyvalence assurée par les zooms.
  4. Un seul appareil compact : X30, X100T ou X70. Pas de sac, pas d’encombrement, pas de prise de tête ! Certes vous ne pourrez pas tout photographier, mais les images que vous ramènerez seront de qualité vous gagnerez en créativité (voir mon article sur le retour à la simplicité).

 

Voyage à but touristique

Promenades en amoureux dans les rues de Florence ou séances de bronzage sur les plages de Corse avec les enfants, vous partez avant tout pour profiter des vacances et de vos proches, la photographie est secondaire.

Ici c’est simple, n’emportez que le strict minimum et voyagez léger !

Un appareil comme le X-T10 ou X-E2s et un zoom standard tel que le XF 18-55 f/2.8-4 suffisent amplement pour capturer quelques beaux instantanés de vos vacances. Vous pouvez aussi envisager l’encombrement minimum avec un X30X100T ou X70.

Vous ne partez pas pour faire de la photographie, mais vous emportez un appareil pour ramener de beaux souvenirs que vous pourrez regarder en famille plus tard.

Le choix du matériel doit se baser sur la légèreté et l’encombrement minimum et non sur la qualité d’image optimale.

 

Les vacances, faux idéal photographique

Lorsque l’on part en vacances, notamment dans des contrées exotiques qui font rêver, on a tendance à imaginer que l’on va y faire des photos exceptionnelles que l’on pourra fièrement accrocher sur nos murs et présenter dans nos albums web sous les hourras unanimes de l’audience !

Cette pensée nous amène à considérer qu’il nous faut emporter tout le matériel possible pour « assurer » ces photos merveilleuses.

Mais dans la réalité, lorsque l’on décharge les cartes SD sur l’ordinateur, c’est souvent la déception qui est au rendez-vous. Les photos sont pour la plupart banales et sont plus des instantanés souvenirs que des oeuvres d’art.

La raison est simple : en vacances nous n’avons en général pas le temps pour travailler la composition ou attendre la bonne lumière. On prend les photos d’un sujet au moment ou l’on passe devant, un peu à la va-vite pour ne pas faire attendre nos proches, et on cadre la scène en incluant le flot inamovible de touristes se prenant en « selfies ».

Lorsque l’on se trouve à midi devant le Taj Mahal il est difficile d’espérer obtenir les magnifiques couleurs de l’aube, et impossible d’attendre quelques heures que le soleil se couche. Il est illusoire d’y trouver une scène vide de touristes (bien que des techniques existent pour contrer ça, mais il faut un trépied et du temps).

Sauf si le voyage est purement à but photographique, il est préférable de profiter du voyage et de ses proches plutôt que mettre trop d’espérances dans la photographie et revenir déçu(e).

Car dites-vous bien que lorsque vous vous trouvez devant le Colisée de Rome ou la tour de Pise, la photo que vous prendrez (aussi bonne soit-elle), aura déjà été prise des millions de fois avant vous. Que des milliers de photos identiques remplissent déjà les serveurs de Flickr ou 500px.

Si vous imaginez que faire poser votre épouse tenant la tour de Pise d’une main donnera une photo très originale, cliquez donc ici 🙂

Un ami photographe part en vacances sans appareil et achète sur place des dépliants cartes postales, aussi farfelu que ça puisse paraître d’un premier abord, il m’a toujours dit qu’il ramenait ainsi des photos de vacances bien plus belles que celles qu’il aurait pu prendre lui-même.

Sans aller jusqu’à cet extrême, je pense qu’il est salutaire d’accepter l’idée que l’on rentrera de voyage qu’avec très peu d’excellentes photos mais plutôt avec beaucoup d’instantanés souvenirs (ce qui est très bien par ailleurs), et dès lors il est inutile de se surcharger de matériel.

Un appareil et un objectif, à minima un fixe, sinon un zoom standard, est amplement suffisant. Non seulement votre dos vous remerciera d’être parti léger pour plusieurs heures de marche, mais vos proches profiteront beaucoup plus de vous si toutes vos pensées ne sont pas focalisées sur le matériel et le déclenchement intempestif de tout et rien.

Nous sommes photographes et partir en vacances avec un appareil photo est toujours un plaisir, l’essentiel est de bien cibler nos besoins réels et faire en sorte que ce plaisir photographique ne devienne pas une entrave aux joies des vacances, pour nous mêmes et pour nos proches !

Facebooktwittergoogle_plusmail
Billet précédent Billet suivant

Ceci peut aussi vous intéresser

6 Commentaires

  • Répondre andré 11 septembre 2016 à 5 h 24 min

    Bonjour,

    Pour ma part, je prends une lentille 18-135 en voyage sac à dos car elle permet une très grande versatilité. J’aimerais bien en apporter plus, cependant le poids est un élément central au type de voyage que j’aime faire.

    Merci pour l’article, très interessant, je compte me procurer un convertisseur 1,4.

    chloevoyage.ca

  • Répondre Baptiste Sibé 6 septembre 2016 à 22 h 55 min

    Salut GIL! Encore un sujet passionnant sur lequel je me suis bien trituré les méninges pendant toute une année!

    Je suis parti cet pour traverser l’Islande à pied ET ramener des photos! Dilemme s’il en est… le poids, les concessions, toussatoussa…

    Au vu du matériel dont je dispose j’ai fait le choix suivant: XT1 (initialement acheté pour l’occasion), Samyang 12mm et Fujinon 18/55mm. Pas de trépied mais un mini Manfrotto pour les poses longues, un jeu de filtres.

    Le zoom m’a servi pour faire quelques portraits de phoques ou de renards mais si c’était à refaire je ne l’emporterai peut-être pas.

    Le 12mm m’a servi à chaque instant. Dans l’idéal, si mon budget l’avait permis, j’aurai acheté le 10/24mm de Fuji. Trop cher pour moi, cependant l’objectif idéal à emporter en trek sans aucun doute. Mon prochain gros achat je pense…

    Je te laisse un lien vers les premières images si ça t’intéresse. D’autres viendront…

    Amicalement,

    https://500px.com/ghettoghettoofficial

    • Répondre Gil 7 septembre 2016 à 12 h 29 min

      Quelles superbes photos d’Islande tu as faites, Baptiste ! Celle nommée « Trekking » est sidérante, bravo.
      Et oui, même pour un voyage comme celui-ci il est possible de partir léger.
      Tu as fait un choix matériel bien plus restreint que ce dont j’ai parlé dans l’article et prouvé par tes photos que le minimalisme est amplement suffisant… comme quoi même dans cette situation, ça confirme ce que je pense de plus en plus : on peut tout faire avec peu de choses 😉
      Bien à toi !

      • Répondre Baptiste Sibé 7 septembre 2016 à 15 h 18 min

        Merci GIL! Dans ce cas précis je n’avais pas vraiment le choix. Ton guide propose d’adapter le matériel aux « ambitions » du voyage. Le notre étant d’abord axé sur la marche nous avons été contraints d’emporter le moins possible. La prochaine fois j’espère emporter le 10/24mm seulement… pour sa qualité mais surtout pour sa polyvalence.

  • Répondre Marc 9 juillet 2016 à 12 h 05 min

    Excellent article, synthétique et qui résume bien l’essentiel pour les vacances. Bien vu le côté frustrant où l’on pense pouvoir prendre son temps pour faire des photos et où l’on s’aperçoit que notre passion n’est pas forcément partagée de tous…
    Juste une remarque, vous ne faites pas référence au 18-135 qui semble être le couteau suisse idéal pour les vacances, « compact » (pour un range 28-200) stabilisé et WR sont quand même des atouts à prendre en considération, sachant que l’été est la période ou la lumière est présente ce qui peut permettre de compenser l’ouverture à 5.6.

    • Répondre Gil 10 juillet 2016 à 16 h 11 min

      Bonjour Marc,
      Merci pour votre message.
      Effectivement, le 18-135 peut-être une alternative intéressante, en remplacement du 18-55.

    Déposer un message