Fujifilm X70
Article, Test

Fujifilm X70 : Le test terrain

Le Fujifilm X70 est un petit appareil APS-C sans viseur qui s’annonce comme le concurrent direct du Ricoh GR. J’ai eu l’occasion de le tester dans les rues de Nice et je vous propose de découvrir quel a été mon ressenti durant l’utilisation de ce nouveau boîtier sur le terrain.

 

Prise en mains du Fujifilm X70

Ce qui étonne le plus la première fois que l’on prend en mains le X70, c’est sa petite taille. Il est vraiment très petit, bien plus qu’un X100T.

Pour vous en faire une idée, vu de dos il est à peine plus grand que la dalle LCD de l’iPhone 6 (pas la surface vitrée toute entière, juste la partie écran).

Si l’on a de grandes mains la tenue de l’appareil n’est pas idéale car l’index tombe naturellement au dessus de la couronne des vitesses (il faut plier l’index pour déclencher) et le majeur bute contre l’objectif. De plus, aux ouvertures f/5.6 et supérieures, l’ergot de la bague des ouvertures frotte contre le majeur et rend la tenue inconfortable sur la durée.

En revanche le grip est très bon, le pouce est parfaitement calé à l’arrière et ne peut pas glisser, et la poignée avant assure un excellent maintien de l’appareil qui peut facilement s’utiliser de longues heures sans courroie de cou, dragonne ou accessoire repose-pouce additionnel. Le boîtier est tellement léger qu’il ne provoque aucune fatigue en main, même durant quelques heures.

 X70 - Vue de face

Fujifilm X70 – Vue de face

 

La face avant contient le classique sélecteur de mode AF (S, C, M), le petit flash d’appoint, la LED d’aide à la mise au point et bien entendu l’objectif « pancake » de 18.5mm (équivalent 28mm en 24×36) ouvert à 2.8. L’objectif ressemble beaucoup à celui des X100(S/T) et l’on y retrouve le collier dévissable permettant d’ajouter un pare-soleil (non fourni), la bague des ouvertures avec ses deux ergots ainsi que la bague de mise au point manuelle qui peut être également utilisée comme sélecteur de fonctions.

Concernant la bague des ouvertures, elle est agréable à utiliser et bien crantée (par tiers de diaphragme), ni trop souple ni trop dure.

La bague de mise au point est du même acabit que celle du X100, un peu trop fine pour travailler régulièrement et confortablement en manuel. Ce n’est pas très grave car la mise au point manuelle avec un appareil sans viseur n’est de toutes façons pas pratique, notamment lorsque l’écran LCD est peu lisible en plein soleil.

Je trouve en revanche que cette bague est bien plus interessante en mode AF puisqu’elle peut servir à d’autres fonctions comme la sélection rapide d’un mode « crop », le choix d’une simulation de film, ou encore mieux, le choix des ISO. J’ai assigné la sélection des ISO sur cette bague et c’est vraiment bien pratique.

 

X70 - Vue de dessus

Fujifilm X70 – Vue de dessus

 

Sur le haut de l’appareil on retrouve le support pour flash externe, les très classiques couronnes des vitesses et corrections d’exposition, l’interrupteur marche/arrêt, le bouton pour l’enregistrement vidéo (assez difficile à utiliser) et bien entendu le déclencheur. Deux nouvelles commandes font leur apparition : le levier « AUTO » qui permet de basculer l’appareil en mode complètement automatique (aussi appelé mode « carré vert ») très pratique pour vous faire photographier par un touriste qui ne connaitrait rien au X70, et la touche « DRIVE » permettant de choisir les différents modes de prises de vues (rafale, bracketing, panorama, etc).

La couronne des vitesses est bien crantée et ne tourne pas au moindre contact, ce qui est une bonne chose en l’absence de verrouillage. Il en est de même pour la couronne de correction d’exposition mais je trouve son crantage un peu trop dur et il est assez difficile de la manipuler avec le pouce, l’appareil tenu d’une seule main. S’il est clair qu’elle ne pourra pas se dérégler facilement dans la poche ou dans le sac, il ne sera pas aisé de la faire tourner avec précision durant la composition.

On peut se rendre compte une fois de plus qu’il n’est pas facile pour Fujifilm de trouver le bon compromis avec ces couronnes : avec un verrou elles sont sécurisées mais s’avèrent peu pratiques pour régler rapidement l’appareil d’une main, sans verrou elles sont soit trop souples et se dérèglent toutes seules, soit trop dures et difficilement utilisables d’un doigt.

Toutefois c’est un peu moins problématique sur le X70 car ici ne s’agira jamais d’effectuer ces réglages l’oeil collé au viseur – puisqu’il en est dénué – dès lors la manipulation de ces couronnes peut s’effectuer avec les deux mains, plus facilement.

X70 - Vue de face

Fujifilm X70 – Vue arrière

 

L’arrière reçoit l’écran LCD articulé et ses boutons lecture et poubelle, les classiques touches AE-L/AF-L, Q, DISP/BACK, Fn et MENU, les touches directionnelles et une petite roue codeuse à gauche du grip. Tous les boutons sont relativement bien accessibles malgré la petite taille du boîtier, toutefois la touche directionnelle gauche est assez difficile à manipuler lorsque l’écran LCD est replié, le pouce butant contre le bord de l’écran. Lorsque l’écran LCD est déplié, ce problème ne se pose plus.

 

X70 - Ecran LCD articulé

Fujifilm X70 – Ecran LCD articulé

 

A noter que l’écran peut servir de mini-trépied occasionnel car il se déplie en « V » inversé et donne la possibilité de placer l’appareil en position statique verticale ou oblique (toutefois orienté vers le haut uniquement). D’autre part l’écran s’articule de telle manière qu’il est possible de prendre des « selfies » en ayant l’écran orienté vers l’avant.

Mais comme je l’ai écrit dans mon article précédent, ce qui fait la grande force du X70 c’est la possibilité d’effectuer la mise au point et le déclenchement à l’aide des fonctions tactiles de l’écran. Ceci permet d’utiliser l’appareil dans n’importe quelle position et dans n’importe quelle situation. Au lieu de le tenir à bouts de bras, il est donc possible de prendre les photos avec l’écran déplié, l’appareil en position basse, la mise au point et le déclenchement étants assurés en « tapotant » sur l’écran.

Pour un boîtier de petite taille, l’association de l’écran articulé et des fonctions tactiles offre un grand confort d’utilisation. Je me suis surpris à souvent l’utiliser en « tapotant » l’écran et cela m’a paru naturel avec ce type d’appareil.

Car dénué de viseur, ce mode de fonctionnement est finalement très logique : déplier l’écran est quasiment indispensable si l’on ne veut pas photographier avec l’appareil tenu à bouts de bras (comme c’est le cas avec un smartphone, par exemple), et une fois l’écran orienté convenablement il est finalement tout aussi aisé de déclencher avec les fonctions tactiles qu’avec le déclencheur traditionnel.

Cela dit, l’absence de viseur rend la composition moins précise. Peu importe comment on le tient, il est assez difficile de cadrer sans bouger d’autant plus que l’objectif n’est pas doté de stabilisation optique. C’est peut-être une habitude à prendre mais je n’ai pas vraiment réussi à cadrer « au cordeau » comme j’ai souvent l’habitude de le faire durant mes sessions de photographie posée.

L’imprécision s’amplifie encore lorsque les conditions de luminosité ambiante sont extrêmes. Avec le soleil dans le dos il devient vraiment problématique de visualiser l’image en temps réel sur l’écran LCD et plus d’une fois j’ai déclenché « au pif », n’y voyant pas grand chose. Dans ce cas on peut toujours utiliser la main gauche comme pare-soleil de fortune, mais cela reste malgré tout bien moins confortable qu’un véritable viseur. Si vous êtes habitué(e) des photos au smartphone, vous retrouverez peu ou prou les mêmes contraintes.

 

Autofocus

J’ai été moyennement emballé par l’autofocus, qui même en pleine lumière « pompe » un peu avant de trouver le point. C’est d’autant plus regrettable qu’il s’agit là d’un appareil difficilement utilisable en mise au point manuelle, l’absence de viseur obligeant à utiliser l’écran LCD quelquefois illisible en plein soleil, mais aussi parce que la minuscule bague de mise au point en « fly by wire » n’est pas franchement agréable.

Pour des photos statiques ceci n’est pas un problème, car même si l’AF patine un peu il finit toujours par trouver le point (si tant est que les conditions s’y prêtent) et l’image est toujours bien nette, en revanche pour les sujets en mouvements c’est plus délicat. A titre de comparaison, j’ai trouvé l’AF un peu meilleur que celui du X100S mais assez loin derrière les performances du X-T1 (et à fortiori du X-Pro2).

Attention donc si vous achetez cet appareil pour la photo de rue ou de reportage, cible privilégiée de son optique grand angle, il faudra apprendre à composer avec ces performances AF moyennes, ou travailler en « zone focusing« . Même chose pour les photos d’intérieur ou de soirées, la faible luminosité ambiante dégradera encore la vitesse de mise au point et il faudra en tenir compte pour ne pas obtenir un soufflé de bougies complètement flou…

 

Qualité d’image

L’appareil étant doté du même capteur X-Trans II 16mpix et de la même électronique que les X100S et X100T il n’y a pas de mystère et l’on pouvait s’attendre au même niveau de rendu des images, d’autant plus que les excellents modes de simulation de film (sauf ACROS réservé au X-Pro2) sont bien présents.

Mais autant le dire tout de suite : ce petit 18mm m’a bluffé ! Le piqué est vraiment excellent au centre dès f/2.8 et les images obtenues sont de haut vol.

Certes l’optique n’ouvre au mieux qu’à 2.8, contrairement au X100(S/T), mais la qualité est là dès la pleine ouverture alors que pour ses grands frères f/2 n’offre pas un très bon rendu (surtout à courte distance) et on les utilise plutôt à f/2.8 et au delà. Au final, ça revient donc au même… ou presque.

Par curiosité j’ai voulu le comparer au (très bon) zoom XF 18-55 f/2.8-4 (à 18mm bien entendu).

Note : je ne possède pas les bancs et outils de mesure permettant d’effectuer des tests précis et rigoureux de la formule optique. Je me garderai donc de vous présenter des résultats approximatifs sur le piqué réel. En revanche je peux tout à fait comparer les optiques entre elles en utilisant exactement la même procédure de tests. Les captures ci-dessous sont pertinentes pour visualiser les différences de piqué entre les objectifs, mais ne sont pas assez précises pour évaluer le piqué « pur ».

Comparaison 18-55 et X70 au centre

x70-vs-18-55-centre

 

On peut très clairement constater que le X70 est plus net que le 18-55 à toutes les ouvertures, ce qui est plutôt normal puisque l’on compare d’un coté un zoom et de l’autre un fixe, qui plus est optimisé pour fonctionner avec son boîtier indissociable.

Comparaison 18-55 et X70 en coin

x70-vs-18-55-coin

 

Cette fois les différences sont spectaculaires jusqu’à f/5.6 et s’équilibrent à partir de f/8. L’optique du X70 est très clairement devant le zoom, qui de toutes façons n’est pas réputé pour ses performances dans les coins.

En revanche je note que la netteté se dégrade progressivement à partir de f/5.6, il m’étonnerait que la diffraction se manifeste dès cette ouverture, mais d’un autre coté les photos ont été prises sur trépied lourd et avec le minuteur, difficile donc de penser qu’il s’agit de vibrations. Il faudra sans doute regarder de près ce qu’indiquent les testeurs d’optiques bien plus compétents que moi pour ça.

Cette comparaison n’est de toutes façons pas très « fair play » pour le 18-55, alors quitte à manquer de fair play allons jusqu’au bout et comparons cette fois le X70 au Leica Q dont la focale fixe de 28mm délivre des images au piqué phénoménal. Ceci devrait nous donner une idée du niveau de performances de l’optique du X70.

Comparaison Leica Q et X70 au centre

x70-vs-Leica-Q-centre

 

Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais pour moi il n’y a pas la ligne droite de Vincennes entre les deux… considérant en plus que l’optique Summilux du Leica Q ouvre à f/1.7, on compare ici à f/2.8 l’ouverture quasiment optimale du Q d’un coté, et la pleine ouverture du X70 de l’autre ! Ça force le respect et une fois de plus on peut que saluer l’excellence de Fujifilm à produire des optiques de très très haut vol.

Comparaison Leica Q et X70 en coin

x70-vs-Leica-Q-coin

 

Ici encore les différences sont minimes, toutefois légèrement à l’avantage du Q… sachant que l’on compare ici un appareil à 4000€ au X70 qui coute moins de 700€… difficile de faire la fine bouche !

 

Sur le terrain

Globalement j’ai trouvé plaisant de photographier avec le X70. Certes il m’a fallu un peu changer mes habitudes, je ne suis pas très à l’aise avec les appareils sans viseur et je n’utilise que très rarement mon smartphone pour photographier. Pour moi, l’expérience du X70 s’apparente plus à la photographie mobile qu’à celle, plus traditionnelle, qui nécessite de coller son oeil au viseur. Certains préfèreront, d’autres pas.

 

X70 - 1/850s à f/5.6, ISO 200

Fujifilm X70 – 1/850s à f/5.6, ISO 200

 

Dans la rue, comme je l’ai rapporté, le X70 est magique pour photographier en toute discrétion. C’est presque même trop facile, et surtout sans aucun stress. J’ai pu renouveler l’expérience ce week-end et comme la première fois j’ai pu prendre un grand nombre de photos sans me faire remarquer une seule fois. C’est vraiment impressionnant !

 

X70 - 1/1250s à f/5.6, ISO 200

Fujifilm X70 – 1/1250s à f/5.6, ISO 200

 

Bien entendu cet appareil ne se cantonne pas à la photo de rue et vous pourrez l’utiliser dans bien d’autres domaines tels que le paysage, l’architecture, le reportage, en soirée, en famille ou entre amis, etc. Sa polyvalence associée à sa petite taille en fait un outil pratique que l’on peut avoir constamment avec soi.

Sa plus grande lacune est qu’en plein soleil il est parfois difficile de composer lorsque l’écran LCD est saturé de lumière et peu lisible. Il est dommage que Fujifilm ne l’ait pas doté d’un petit EVF rétractable pour palier à cette situation. On peut toujours faire pare-soleil avec la main, mais de la sorte on perd encore un peu en stabilité et la composition n’en devient que plus aléatoire.

 

X70 - 1/280s à f/5.6, ISO 200

Fujifilm X70 – 1/280s à f/5.6, ISO 200

 

Autre point négatif, l’autonomie n’est pas bonne, et comme c’est un appareil dont l’écran LCD doit rester allumé en permanence durant l’utilisation – et aussi parce qu’il vaut mieux activer le mode hautes performances pour obtenir le meilleur de l’autofocus – la batterie se décharge vite. Il conviendra d’acheter au moins une batterie supplémentaire, mais par expérience du X100S je pense qu’en avoir 2 ou 3 avec soi ne sera pas un mal.

Hélas il faut savoir que l’appareil est livré sans chargeur et vous ne pourrez charger vos batteries qu’avec le X70 raccordé au secteur par le cable USB fourni. Franchement Fujifilm devient de plus en plus radin : des optiques à 1000€ (et plus) fournies avec un pare-soleil en plastique bas de gamme, maintenant des boîtiers à 700€ sans chargeur externe… j’avoue que j’ai du mal à comprendre.

Fort heureusement, on trouve des batteries compatibles dans les 10 euros pièce, telles que ces excellentes Chili Powers qui sont en plus livrées avec leur chargeur. Elles fonctionnent aussi avec le X100(S/T).

Je n’ai pas testé toutes les caractéristiques du X70 car je voulais avant tout rapporter un avis d’utilisateur sur le terrain. Vous pourrez compléter ce test avec d’autres disponibles sur la toile.

 

X70 - 1/280s à f/4, ISO 200

Fujifilm X70 – 1/280s à f/4, ISO 200

 

 

Photos au X70

 

Conclusion

Ce retour de tests terrain vous rassurera sans doute sur la capacité de ce petit boîtier à délivrer des images de très haute qualité, cette belle optique associée au savoir faire de Fujifilm pour son excellent rendu des couleurs, voila une formidable machine à photographier qui tient dans la poche.

Choisir le X70 c’est avant tout adopter un appareil sans viseur. C’est un élément à prendre en compte si vous avez toujours composé vos images avec un viseur, un temps d’adaptation sera nécessaire. Non pas que ce soit compliqué – il ne m’a fallu que quelques minutes pour manipuler le boîtier écran déplié avec déclenchement tactile – mais cette adaptation s’inscrit plus dans votre faculté à changer vos habitudes et accepter de photographier différemment.

Je suis assez « puriste » et mon plaisir photographique passe d’abord par l’utilisation d’un appareil qui me parle. Je ne pourrai pas me satisfaire du X70 comme boitier principal, mais il pourrait tout à fait me convenir comme appareil complémentaire. Si je ne possédais pas déjà un Leica Q pour la photo de rue, j’achèterais sans aucun doute le X70 qui excelle dans cet exercice.

Le X70 n’est pas parfait et quelques petites faiblesses de réactivité et d’ergonomie viennent un peu troubler la fête. Mais quel appareil, toutes marque confondues, peut se vanter d’être parfait ? Aucun. L’appareil photo parfait n’existe pas, et n’existera jamais. C’est toujours une affaire de compromis et le X70 a de solides arguments en sa faveur.

Pour le prix, en rapport à ses capacités, le X70 me semble être une très bonne affaire qui vous offrira la compacité et la discrétion sans transiger sur la qualité d’image. Si vous pouvez vous satisfaire d’un appareil sans viseur, ce petit X70 ne pourra que vous ravir.

J’ai aimé

  • L’excellente qualité d’image
  • L’écran articulé et tactile
  • La compacité et le poids léger
  • Le déclenchement totalement silencieux
  • La bague de mise au point qui peut servir à d’autres fonctions
  • Le mode tout automatique en accès rapide
  • Sa petite taille permettant de l’avoir toujours avec soi
  • Qu’il soit redoutable pour la photo de rue

J’ai moins aimé

  • L’autofocus un peu poussif
  • L’ergonomie moyenne de certaines touches
  • La roue codeuse un peu « cheap »
  • Non protégé contre les intempéries
  • L’autonomie toujours dérisoire
  • L’absence de chargeur externe

 

Pour votre confort de lecture, ce site n’affiche pas de publicité. Si vous appréciez le contenu proposé sur LeFujiste.com et que vous souhaitez le soutenir pour qu’il continue d’exister, vous pouvez le faire en achetant votre X70 à l’aide des liens ci-dessous :
Acheter le Fujifilm X70 Noir sur Amazon
Acheter le Fujifilm X70 Argent sur Amazon
En savoir plus
Facebooktwittergoogle_plusmail
Billet précédent Billet suivant

Ceci peut aussi vous intéresser

13 Commentaires

  • Répondre MOTO 78 3 mars 2017 à 17 h 50 min

    Bonjour,
    Les écrans brillants sont plus ou moins illisibles en plein soleil et quand on tient à son matériel on ajoute une protection écran.
    En choisissant une protection mate on diminue un peu la transparence mais on élimine pratiquement les reflets. Il faut généralement augmenter un peu la luminosité de l’écran.
    Il est regrettable que globalement les écrans soient aussi sensibles aux rayures; pourtant il est possible de fabriquer des écrans très résistants. J’ai un baladeur audio Cowon S9 et j’ai vu des vidéos sur You Tube montrant qu’il résistait au frottement des clés et même d’un cutter! Je n’ai pas essayé mais après plusieurs années d’utilisation il demeure comme neuf…

    • Répondre Gil 7 mars 2017 à 9 h 09 min

      Bonjour,
      Les protections d’écran mates sont en effet bien plus pratiques en plein soleil, c’est ce que j’ai mis sur mes appareils et ça change tout.

  • Répondre christian 12 février 2017 à 5 h 24 min

    Bonjour,

    Serait-il possible SVP de comparer les images centres et coins mais cette fois avec l’objectif Fujinon à focale fixe XF 18mm ( pas le zoom ni le Leica )
    Merci

    • Répondre Gil 12 février 2017 à 10 h 56 min

      Bonjour,
      Je n’ai pas de XF 18mm pour faire cette comparaison, hélas.

  • Répondre Jean-François 5 décembre 2016 à 10 h 48 min

    Bonjour

    Pour pallier les problèmes d’écrans noirs lors de la prise de vue en plein soleil notamment, un viseur de type Sigma à fixer sur la griffe flash vous parait il une bonne solution pour le X70?
    Merci

    • Répondre Gil 6 décembre 2016 à 8 h 10 min

      Bonjour, je n’ai pas essayé et donc je ne peux pas vous dire ce que ça peut donner.
      Le X70 est vraiment très petit et je ne suis pas certain qu’il soit pratique à utiliser avec un viseur, il faut essayer.
      Cela dit j’ai fait le test du X70 lors d’une journée très ensoleillée et je n’ai pas été confronté à un écran complètement illisible.

      • Répondre Jean-François 6 décembre 2016 à 18 h 15 min

        Merci et bravo pour votre site que je ne connaissais pas

  • Répondre Alain-P 25 juillet 2016 à 18 h 24 min

    Appareil sympa par son encombrement et l’écran pivotant. Les recadrages vont faciliter le travail de présentation au touriste de base qui n’aura d’ailleurs pas beaucoup de peine vu le petit nombre de photos qu’il fera à cause d’une batterie anémique. Un objectif au top dont on ne tirera pas grand chose vu le cadrage aléatoire en pleine lumière; un viseur clair colimaté serait peu de choses à faire même si fuji le vend au même prix que l’appareil.

    Pour l’instant, en déplacement léger, je garderais donc mon X-20 en attendant un boitier plus sérieux pour succéder à mon X-100s, genre la même chose mais avec le capteur 24 MP du X pro.

  • Répondre Manon 23 juin 2016 à 12 h 29 min

    Merci pour ce test. Intéressant mais cet appareil ne me tente plus. Je fais surtout du paysage et mon X100 est gros mais bien piqué à l’infini, alors que d’après plusieurs autres testeurs l’objectif du X70 est optimisé pour une faible distance de mise au point. Et pour un appareil sans viseur, il est encore trop cher!

  • Répondre Fred 27 avril 2016 à 16 h 33 min

    Merci pour ce retour d’utilisation 🙂
    Ce X70 est mon prochain appareil. Je préfère dorénavant voir mon image plutôt que la deviner à travers un viseur optique, c’est je pense l’avantage du numérique (vs l’argentique) or quand je mets mon oeil dans un viseur numérique, je peste… donc autant le faire depuis l’écran. Et shooter en mode «Rolleiflex» est vraiment un régal de discrétion.

    J’ai testé le X70 dans une boutique mais je n’ai pas trouvé d’infos…
    Peux-tu m’éclairer sur les points suivants:
    _ Le mode 35 et 50mm puisqu’apparemment il ne s’agit pas d’un simple crop (fichiers de même taille)… une idée quant à la technologie utilisée? Cela s’accompagne-t-il d’un temps supplémentaire (mise au point, écriture sur la carte, traitement…)? Cela est-il possible en mode vidéo?
    _ Peut-on assigner un bouton programmable au déclenchement vidéo (car il est vrai que le bouton rouge est particulièrement enfoui et difficile à activer)?
    _ L’AF m’a particulièrement déçu surtout qu’il exploite visiblement la détection de phase et la détection de contraste! J’ai eu un X100 première génération… dont je me suis séparé pour ce motif. Ça ne patine pas trop en basse lumière et/ou en vidéo (je veux dire patiner au point de rupture entre «c’est un peu lent» et «c’est un veau, ça m’agace vraiment trop»!?

    Merci d’avance de tes réponses et félicitations pour ce blog. Je termine mon expérience Leica (M8), j’y reviendrai sans doute en argentique mais quand on a goûté à Fuji (je repense souvent à mon S5 pro avec nostalgie…).

    • Répondre Gil 27 avril 2016 à 16 h 51 min

      Bonjour Fred,

      Pour le mode crop, ça ne fonctionne qu’en JPEG et en prise unique (pas de RAW, ni de rafale, ni de vidéo donc).
      La technologie employée est l’interpolation de pixels, c’est à dire que l’image croppée est ramenée à 16mpix en ajoutant artificiellement des pixels suivant une moyenne par rapport aux pixels adjacents. C’est le même principe que l’agrandissement d’une photo avec Photoshop, par exemple.
      Je n’ai aucune idée du temps de traitement supplémentaire, mais ça ne m’a pas semblé être plus lent, cela dit je n’ai pas beaucoup utilisé ce mode.

      J’ai rendu le X70 que j’avais en prêt donc je ne peux pas vérifier pour assigner la vidéo sur un autre bouton, mais c’est possible sur le X-T1 donc je suppose que ça l’est aussi sur le X70. A vérifier en boutique si c’est vraiment déterminant.

      Enfin pour l’AF, la vidéo que j’ai insérée dans mon article a été prise dans une pièce moyennement éclairée. C’est un peu mieux en extérieur, et un peu moins bien en situation de très faible lumière. Après, la notion de lenteur est toujours un peu subjective… il faut se faire sa propre opinion suivant ses usages.

      • Répondre Fred 27 avril 2016 à 21 h 34 min

        Merci de ta réponse Gil.
        En fait, je ne compte faire que du jpeg, d’où mon choix entre Fuji… et Fuji! Sans quoi le Canon G7X me faisait de l’oeil (mieux fini que le X70 et meilleure ergonomie) mais petit capteur. J’ai la faiblesse de croire que le X70 me permettra d’avoir un excellent compact en faible luminosité, que ce soit en photo et en vidéo.
        Pour info: je ne sais pas chez les autres lecteurs mais la galerie photo ne fonctionne pas chez moi. En cliquant sur la vignette, le fond se grise et une roue tourne mais sans fin et sans jamais zoomer la photo. Problème rencontré sur Safari (iPhone) et sur Mac X.11 (Chrome), en wifi (Free) et en 4G (Free Mobile) 😉

  • Répondre Gauthier 26 avril 2016 à 21 h 45 min

    Bon retour sans compromis. Je serai bien tenté par un tel compact mais moi aussi j’ai des difficultés à photographier sans y mettre un œil. Mais après des décennies de reflex le XT1 est plaisant avec un 23mm.

  • Déposer un message